Plein écran
Beyoncé à l’avant-première du film “Le Roi Lion”, en Californie, le 9 juillet 2019. © EPA

Beyoncé: “Mes fausses couches m’ont rendue plus forte”

Malgré sa forme incroyable, il arrive que la star traverse aussi des moments difficiles. Dans une interview, elle a montré son côté le plus vulnérable: “J’ai fait plusieurs fausses couches, mais elles m’ont rendue plus forte”.

La chanteuse de “Crazy in Love” n’a pas peur d’aborder des sujets difficiles. Elle a confié à un journaliste du magazine Elle: “Avant de donner naissance à Blue Ivy, j’ai fait plusieurs fausses couches. J’en suis sortie plus forte. J’ai réalisé que je devais d’abord prendre soin de moi, avant de pouvoir être une mère pour quelqu’un d’autre”. 

Courbes

Beyoncé admet également que sa confiance en elle s’est énormément accrue au fil des ans. “Si quelqu’un m’avait dit il y a quinze ans que mon corps allait subir autant de transformations et que je me sentirais beaucoup plus féminine et confiante dans mes courbes, je ne l’aurais jamais cru”. Elle ajoute: “Aujourd’hui, je ne me sens plus blessée lorsque l’on critique mon apparence et c’est très libérateur. On ne voit pas la vraie beauté. J’aimerais que les gens se concentrent davantage sur leur beauté intérieure au lieu de critiquer les autres”.

Vie privée et vie professionnelle

Comme toutes les mamans, la superstar doit aussi se démener pour équilibrer son travail avec sa vie privée. “Je trouve cela extrêmement stressant”, admet Beyoncé. “Déposer Blue à l’école, emmener Rumi et Sir à leurs activités, prendre le temps de sortir avec mon mari Jay-Z et être à la maison à temps pour dîner avec ma famille, ce n’est pas facile quand on doit gérer une entreprise. Mais je pense que c’est le cas pour toutes les mamans qui travaillent”.

Douleur et tristesse

La chanteuse a également été honnête sur le cours de sa carrière. Son dernier album “Lemonade”, sorti en 2016, n’a remporté aucun prix aux cérémonies qui récompensent les artistes qui vendent le plus de disques. À ce sujet, elle déclare: “Je vois le succès différemment maintenant. J’ai appris qu’il faut accueillir toute douleur et tout chagrin comme des cadeaux”.

Plein écran
Beyoncé, son mari Jay-Z et leur fille Blue Ivy, lors d’un match de basket, en Louisiane, le 18 février 2017. © AFP
  1. “Maëlle, ce n’était pas du harcèlement scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    “Maëlle, ce n’était pas du harcèle­ment scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    À la fin du mois de janvier, Maëlle (15 ans) a décidé de se donner la mort. Elle faisait l’objet d’un harcèlement de la part de plusieurs élèves du Centre Scolaire Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi). Toute l’école a été particulièrement affectée par cet événement. L’enquête judiciaire est toujours en cours. Pour l’instant, le Parquet de Charleroi se refuse à tout commentaire.