Kerry et sa fille Britney
Plein écran
Kerry et sa fille Britney

Elle injecte du Botox à sa fille de 8 ans

Britney Campbell est une petite fille comme les autres, à une exception près: une fois tous les trois mois, Britney se fait injecter des doses de Botox dans le visage... par sa maman!

Plein écran

Kerry a 34 ans et habite à San Francisco. Cette maman célibataire est esthéticienne et carrément obsédée par la beauté et la jeunesse. La mère rêve que sa fille devienne une star et est convaincue que lui injecter du Botox dans le visage l'aidera à être célèbre plus tard, peut-on lire dans The Sun.

"Les gens trouvent que je suis irresponsable"
"Ce que je fais pour Britney maintenant l'aidera à devenir une star. Je sais qu'un jour elle sera un top model, une actrice ou une chanteuse, et en lui faisant ces traitements maintenant je m'assure qu'elle aura l'air jeune et qu'elle gardera un visage de bébé plus longtemps".

Kerry est consciente que le traitement qu'elle impose à sa fille n'est pas courant mais cela ne la gêne absolument pas d'être mal vue par les gens: "Je suis sûre que les gens qui vont lire ça vont penser que je suis irresponsable, mais je peux vous assurer que j'ai testé le Botox sur moi d'abord. Tout ce que je veux, c'est que Britney démarre avec le meilleur dans la vie, comme ça ce sera plus facile pour elle de devenir une superstar".

"Je ne pleure plus tellement"
Tragiquement, la petite Britney, quant à elle, pense que tout ceci est normal. "Mes amis pensent que c'est cool que j'aie tous ces traitements et ils voudraient être comme moi.", explique-t-elle.

Plus effrayant encore, la petite avoue souffrir de ces injections mais en redemande pourtant: "Je vérifie tous les soirs si je n'ai pas de petites rides, et si j'en ai-je redemande plus d'injections. Avant ça faisait mal mais maintenant je ne pleure plus tellement. Je veux aussi une opération des seins et du nez bientôt, pour devenir une star".

Une pratique en vogue
Malheureusement, Kerry n'est pas la seule à pratiquer ce genre de traitement sur sa fille. Cette "mode" est entrain de se propager et à San Francisco, si l'on en croit Kerry, "Tout le monde le fait et tout le monde en parle".

Même si les médecins déconseillent fortement d'administrer du Botox à d'autres personnes que des adultes, Kerry assure que Britney ne court aucun risque. La mère achète le Botox en ligne et l'injecte elle-même dans le front, les lèvres et autour des yeux de sa fille.

Moins grave mais tout aussi dérangeant, Kerry enduit aussi régulièrement le corps de sa fille avec de la cire, dans l'espoir que ses poils ne poussent pas lorsque la petit Britney atteindra la puberté.

Britney aura-t-elle subi tous ces traitements pour rien ou deveindra-t-elle une star comme sa maman le souhaite tant? Verdict dans quelques années... (mlb)

  1. Charleroi n’aura pas de PEPS ce printemps

    Charleroi n’aura pas de PEPS ce printemps

    La semaine dernière, la Ville de Charleroi avait décidé d’annuler les Plaines Éducatives de Proximité Saisonnières (PEPS) de Printemps suite à la crise du coronavirus. Deux exceptions toutefois: celle de Montignies-sur-Sambre et celle de Couillet. Des navettes étaient même prévues depuis le site de Monceau Cool Heures pour transporter les enfants vers la plaine de Montignies-sur-Sambre. Mais un événement récent a fait voler ces intentions en éclat.
  2. Plusieurs communes de la région de Charleroi ont fermé leurs parcs

    Plusieurs communes de la région de Charleroi ont fermé leurs parcs

    Les dernières mesures du Conseil National de Sécurité (CNS) contre la propagation du coronavirus sont plutôt restrictives. Pourtant, elles laissent la possibilité aux citoyens de faire de l’exercice physique ou de se promener dans les parcs sous certaines conditions. Malheureusement, certains ne respectent pas ces conditions. Plusieurs communes ou villes de la région de Charleroi ont pris une décision radicale.