Elle photographie sa fille soutenant son petit frère en pleine chimio

Une mère de Princeton, au Texas, partage sur Facebook plusieurs clichés de moments d’intimité familiale. Sur ceux-ci, on voit comment la famille endure avec Beckett, le cadet de quatre ans, sa maladie. Le petit garçon a été diagnostiqué en avril 2018: une leucémie lymphoïde chronique qui touche les cellules du sang produites par la moelle osseuse. Sur l’une des images, on voit sa sœur aînée, à peine plus grande que lui, le soutenir durant la chimiothérapie.

Kaitlin, la mère, explique comment l’univers de la famille et notamment d’Aubrey, sa fille aînée, s’est effondré lorsque Beckett s’est révélé gravement malade. “Mes deux enfants que seuls 15 mois séparent sont passés de jouer ensemble à l’école et à la maison à rester assis ensemble dans un hôpital stérile. Ma fille de quatre ans a assisté au moment où son frère a été emmené en urgence à l’hôpital. Elle a vu comment une dizaine de médecins lui posaient un masque sur le visage, le piquaient avec des aiguilles et lui injectaient des dizaines de médicaments dans le corps, tout cela alors qu’il était étendu, impuissant. Elle ne comprenait pas bien ce qui était en train de se passer. Tout ce qu’elle savait, c’est que quelque chose n’allait pas avec son frère, son meilleur ami”, relate-t-elle sur Facebook. 

“Le petit frère énergique et extraverti était devenu silencieux et ne voulait plus jouer”

“Un peu plus d'un mois après qu’il eut été autorisé à quitter l’hôpital, elle l’a vu se battre pour marcher à nouveau et lutter pour se remettre à jouer. Le petit frère plein de vie, énergique et extraverti qu’elle avait connu était devenu un petit garçon silencieux, malade et très fatigué. Il ne voulait plus jamais jouer. Elle ne comprenait pas comment lui qui savait marcher avant, n’y parvenait plus sans aide. Elle ne comprenait rien aux différentes thérapies qu’il devait suivre pour retrouver des forces. Elle avait l’impression qu’il devait faire quelque chose de spécial et pas elle. Pourquoi ne pouvaient-ils plus aller ensemble au parc à trampolines comment avant? Pourquoi n’allaient-ils plus jamais ensemble s’éclabousser dans les fontaines? Pourquoi devait-elle retourner à l’école et pas lui?”. Par ces mots, elle rappelle à quel point la maladie crève le cœur de la fratrie autant que celui des parents des jeunes patients.

“Il faudrait ne jamais tenir un enfant éloigné de la maladie”

“Pourquoi laissons-nous sa sœur voir tout cela malgré son jeune âge?”, devance Kaitlin. “Les enfants ont besoin de soutien et de solidarité, et ne devraient pas être gardés à distance d’une personne malade. Le plus important est de leur prouver que l’on continue à prendre soin d’eux et ce quelle que soit la gravité de la situation. C’est pourquoi elle a passé une quantité de moments à ses côtés dans la salle de bain alors qu’il était nauséeux. Elle ne l’a jamais lâché. Elle l’a soutenu et l’a soigné, peu importe la situation. Aujourd’hui, cela les a rapprochés. Elle prend toujours soin de lui. Vomir entre les moments de jeu. Se réveiller pour aller vomir. Se tenir tout à côté de lui et lui caresser le dis quand il a la tête sur les toilettes. Le voir passer de 13 à 9 kilos. C’est l’enfance avec le cancer. Et c’est à prendre ou à laisser”, résume la mère, dont le post a suscité 30.000 partages et 47.000 likes à l’heure d’écrire ces lignes. 

Plein écran
Ambrey caresse le dos de Beckett dans les pires moments © Facebook/KaitlinBurge
  1. “13 reasons why” parle de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télé

    “13 reasons why” parle de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télé

    La troisième et avant-dernière saison de “13 reasons why” est à présent sur Netflix. On avait reproché à la série de faire l’apologie du suicide. La scène perturbante montrant les dernières secondes d’Hannah Baker a été supprimée. Outre le suicide, la série parle de harcèlement scolaire, d’agressions sexuelles, de fusillades de masse et on en passe. Dans le second épisode de la troisième saison, “13 reasons why” aborde le thème délicat de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télévision. Attention, spoiler.
  2. Faut-il une loi pour interdire la fessée? L’avis des experts

    Faut-il une loi pour interdire la fessée? L’avis des experts

    Si aujourd’hui, tout le monde s’accorde pour dire qu’un enseignant ne doit jamais lever la main sur un enfant, la fessée à la maison gravite dans un flou artistique qui met bien des parents mal à l’aise. Nombreux sont ceux qui ont encore le réflexe de taper sur les doigts, les fesses voire la joue de leur enfant lorsque celui-ci est ingérable. Mais à ne pas accepter ce geste venant d’un proche. En France, la question de la fessée éducative fait débat depuis longtemps et en Belgique, on commence à murmurer qu’il convient de l’interdire. Entre pulsion honteuse et “ça remet les idées en place”, où vous situez-vous?
  3. Les questions à poser à votre enfant à son retour de l'école
    Blog

    Les questions à poser à votre enfant à son retour de l'école

    Notre journaliste Déborah Laurent est installée en Californie une grande partie de l’année. L’occasion pour 7sur7 de vous fournir l’information la plus rapide et la plus complète possible (merci le décalage horaire!). Et l’occasion pour elle de constater les différences culturelles impressionnantes avec notre plat pays et d’apprendre à vivre en famille loin de tous. Elle en parle sur son blog personnel Sea You Son (et sur Instagram ici et Facebook ici). Nous vous proposerons chaque mardi l’un de ses articles de blog ici.