Plein écran
© thinkstock

Ils ont connu le confinement pendant la Seconde guerre mondiale et ils ont un message à vous faire passer

Le Huffington Post a rencontré Yves, 90 ans, et Marinette, 87. Ils ont connu le confinement lors de la Seconde guerre mondiale. Ils sont unanimes sur la question: le confinement d’alors était bien pire. 

En 1939, ils ne pouvaient sortir de chez eux qu’en cas d’extrême nécessité: pour aller chez le médecin et chercher de la nourriture. S’ils ne respectaient pas les règles, ce n’est pas une amende qu’ils risquaient mais une arrestation par les soldats allemands.

Marinette et Yves connaissent leur chance: dans leurs placards aujourd’hui, ils ont à manger en suffisance. À l’époque, ils étaient rationnés: ils recevaient un peu de pain, de la viande et du sucre. “Le pain était dégoûtant”, se rappelle Yves. Même s’ils sont tristes de ne pas pouvoir sortir de chez eux actuellement, ils se réjouissent de pouvoir “manger à leur faim”.

Ils ont un message à faire passer à ceux qui se plaignent ou brisent le confinement parce que c’est trop dur: “Vous avez vos téléphones portables, vous pouvez communiquer entre vous, si vous sortez faire des courses, vous ne risquez pas de voir vos proches mourir fusillés. Profitez de ce temps pour rire ensemble, discuter, ne cédez pas à la panique, et s’il vous plaît, ne soyez pas égoïstes.” Leur témoignage complet est à lire ici.

  1. Charleroi n’aura pas de PEPS ce printemps

    Charleroi n’aura pas de PEPS ce printemps

    La semaine dernière, la Ville de Charleroi avait décidé d’annuler les Plaines Éducatives de Proximité Saisonnières (PEPS) de Printemps suite à la crise du coronavirus. Deux exceptions toutefois: celle de Montignies-sur-Sambre et celle de Couillet. Des navettes étaient même prévues depuis le site de Monceau Cool Heures pour transporter les enfants vers la plaine de Montignies-sur-Sambre. Mais un événement récent a fait voler ces intentions en éclat.
  2. Plusieurs communes de la région de Charleroi ont fermé leurs parcs

    Plusieurs communes de la région de Charleroi ont fermé leurs parcs

    Les dernières mesures du Conseil National de Sécurité (CNS) contre la propagation du coronavirus sont plutôt restrictives. Pourtant, elles laissent la possibilité aux citoyens de faire de l’exercice physique ou de se promener dans les parcs sous certaines conditions. Malheureusement, certains ne respectent pas ces conditions. Plusieurs communes ou villes de la région de Charleroi ont pris une décision radicale.