Le petit Eden a fêté ses quatre ans, le 31 mars 2020.
Plein écran
Le petit Eden a fêté ses quatre ans, le 31 mars 2020. © Antho Totti

Ils ont fêté leur anniversaire pendant le confinement: “Je préfère fêter mes 40 ans en quarantaine qu’entre 4 planches...”

Pour leur anniversaire, ils avaient imaginé un barbecue avec les copains, la famille devait venir de loin ou ils rêvaient d’une soirée au restaurant. Mais le coronavirus est arrivé sur ses grands chevaux, nous obligeant tous à rester confinés à la maison, chacun chez soi, écrasant ainsi tout rêve de sociabilité pour ce jour si particulier. 7sur7 a récolté les témoignages de personnes qui ont eu ou qui auront leur anniversaire pendant le confinement. Qu’ont-ils fait? Qu’ont-ils ressenti et comment ont-il rendu ce jour un peu plus spécial que les autres? 

Nora, 5 ans le 3 avril

“Au départ, nous espérions pouvoir fêter l’anniversaire de notre fille pendant les vacances avec la famille et ses copines, puis les jours ont avancé et nous nous sommes rendus compte que cela n’irait pas”, raconte la maman de Nora. “Nous sommes tristes pour elle, mais j’ai demandé à tous nos amis et à ses maîtresses de nous envoyer une vidéo pour lui souhaiter un bon anniversaire de loin et j’ai fait un montage. Plusieurs personnes ont aussi mis des dessins dans la boîte aux lettres”.

Amandine, 31 ans le 25 mars et Eden, 4 ans le 31 mars

“Nous devions aller dans son restaurant préféré avec nos quatre enfants”, explique Antho, le mari d’Amandine. “Elle a été un peu déçue sur le coup, mais elle est d’un naturel très positif. Nous avons donc organisé un petit apéro à la maison, en toute simplicité et nous avons commandé des pizzas chez un restaurateur local. Nous avons fait simple, en famille, et on s’est promis qu’une fois le confinement passé, nous retournerons au restaurant. Notre fils a fêté ses 4 ans le 31 mars. Là aussi en toute simplicité. Nous espérons que pour l’anniversaire de notre fille, le 26 avril, tout sera rentré dans l’ordre”.

Amandine a fêté ses 31 ans pendant le confinement.
Plein écran
Amandine a fêté ses 31 ans pendant le confinement. © Antho Totti

Timothée, 3 ans le 26 mars

“Pour cette date importante, notre famille devait venir de France et d’Angleterre”, raconte Jeanne, la maman du petit garçon. “Il y avait aussi un goûter qui était prévu à l’école, mais nous avons dû tout annuler. Alors même si à cet âge-là les choses sont encore un peu floues, il était hors de question de ne pas rendre cette journée spéciale. 

Tous les magasins étant fermés et les délais de livraison beaucoup trop longs, je suis allée au super-marché pour trouver des petites choses qui pimenteraient la journée. Par chance, nous avions acheté le cadeau à l’avance. La famille était aussi sur le coup et des cartes d’anniversaire attendaient dans la boite aux lettres.

Le jour J a commencé par une chasse aux trésors pour trouver une petite voiture, les bonbons, les bulles et les ballons cachés dans le salon, puis nous avons fait un gâteau ensemble et soufflé les bougies un sacré nombre de fois. Tout au long de la journée, la star a eu droit à des joyeux anniversaires en vidéo et même un long film Disney. Sa marraine est venue avec ses copains déposer un cadeau et des gâteaux devant la porte. Bref, confinement ou pas, il était ravi”.

Citation

Nous devions fêter ses 60 ans en Sardaigne. Toute la famille devait se réunir et lui faire une surprise

La fille de Robert, 60 ans

Robert, 60 ans le 30 mars

“Nous devions fêter ses 60 ans en Sardaigne”, raconte la fille de Robert. “Toute la famille devait se réunir et lui faire une surprise. Quand on a appris pour le confinement, j’étais très triste de devoir annuler ce grand repas ensemble. Et comme il est maraîcher, il a dû travailler deux fois plus le jour de son anniversaire parce qu’il avait du personnel en moins. Mais le soir, nous lui avons tous souhaité un joyeux anniversaire en vidéo, sur WhatsApp et j’ai récupéré la décoration de mes 30 ans en rajoutant ‘x2'".

Robert a fêté son anniversaire sur WhatsApp
Plein écran
Robert a fêté son anniversaire sur WhatsApp © Chloé

Chloé, 24 ans le 21 mars

“J’ai fêté mes 24 ans seule dans mon appartement de cinquante mètres carré, avec mon chat Weasley. Je me suis autorisée à sortir pour faire quelques courses car pour rien au monde, je ne me serais empêchée de manger du saumon pour mon anniversaire. Pour ne pas me laisser abattre, j’ai aussi pris un petit apéro et j’ai passé la journée à prendre soin de moi, en essayant de rester positive malgré tout.

J’ai passé un certain temps au téléphone avec des proches. Je me sentais un peu égoïste d’être triste parce que j’étais seule pour mon anniversaire puis mon frère m’a appelée sur Messenger et il m’a fait la surprise de convier tous mes cousins et cousines pour un grand apéro virtuel. Ça m’a beaucoup émue. Nous avons trinqué à distance et nous avons beaucoup ri. Ça m’a fait chaud au cœur. Puis mes parents se sont joints à la conversation et même si l'événement n’était que pour moi, nous avons tous apprécié ce moment”. 

Citation

Ce confine­ment d’anniversaire nous a permis de passer un moment en étant parfaite­ment connectés à notre enfant et son bien-être

La maman de Mia, 4 ans

Mia, 4 ans le 26 mars

“Je prévois toujours son anniversaire à l’avance avec une fête et un thème, alors j’étais très déçue pour elle et pour nous quand j’ai appris que ça tomberait pendant le confinement”, raconte Emily, la maman de la petite fille. “Nous avions organisé un goûter avec le Mayfair à Anderlecht et Mia avait personnalisé les invitations de ses copains avec des autocollants. Le dimanche suivant, toute la famille devait se réunir et une amie était supposée confectionner un gâteau magnifique. Mais c’est tombé à l’eau et nous avons décidé de reporter à cet été.

Nous avons pris congé mon mari et moi pour pouvoir lui consacrer la journée à elle et à ses sœurs. Après une grasse matinée, nous avons préparé un gâteau. Elle a mis ses doigts dans le chocolat, gonflé des ballons et fait des photos. Nous avons regardé un Disney ensemble et je l’ai autorisée à se mettre du vernis assorti avec sa jolie robe à pois. 

J’ai commandé les cadeaux sur Internet et tout a été déballé devant des vidéos Whatsapp. Elle a pu parler avec sa Mamy, ses copains et les enfants de nos amis. Je lui ai aussi lu beaucoup de messages. Elle a adoré car elle s’est vraiment sentie aimée et entourée. Ce confinement d’anniversaire nous a permis de passer un moment en étant parfaitement connectés à notre enfant et son bien-être. Mia a passé cette journée dans l’intimité avec ses personnes préférées et c’est vraiment le plus important”.

Libye, 37 ans le 29 mars

“Le samedi nous avons fait un apéro improvisé et distribué des cadeaux trouvés au supermarché”, raconte Jo, le mari de Libye. “Après un poulet-frites-salade avec de notre fils équipé de sa guitare, un karaoké s’est très rapidement imposé. Mon épouse m’a supplié d’arrêter de chanter à 2h30 du matin. Le dimanche était le jour J mais avec sa maman et quelques élèves d’une école de couture, ma femme était sur le pont pour fabriquer des masques pour le personnel médical et para-médical. Depuis trois semaines, elles en ont déjà distribué plus de 250. 

Cet anniversaire était particulier, mais nous l’avons vécu comme une belle opportunité de se retrouver en famille, de se recentrer sur des valeurs essentielles, tout en passant un excellent week-end d’amusement. Ma femme appréhendait cette fête dans de telles circonstances, mais elle a adoré cette petite bringue intimiste, tout en continuant à rendre service”.

Anniversaire et confection de masques.
Plein écran
Anniversaire et confection de masques. © Jo Duff

Mika, 37 ans le 31 mars

“En temps normal, j’adore surprendre mon mari”, raconte Cédric. “Mais cette année, comme je faisais du télé-travail et qu’il était à la maison, c’était compliqué. Malgré tout, je lui ai fait plaisir en lui offrant des fleurs achetées au supermarché et des jeux vidéos. Je lui avais dit que nous nous ferions livrer des pâtes, vu qu’il m’était impossible de concocter un repas surprise sous ses yeux mais d’autres livraisons l’attendaient. Mon père est venu déposer la bière des amis à partager sur le pas de la porte et quelques minutes plus tard, nous retrouvions toute la famille en visio. Nous étions ainsi tous ‘réunis’ pour chanter ‘bon anniversaire’ et boire un verre ensemble. Puis ma sœur est venue livrer des frites et mon autre sœur des moelleux au chocolat et caramel, ses plats préférés que nous avons pu déguster devant la télé. Il était comme un enfant. Tout cela assorti d’un cadeau de ma part: un coffret wonder box, une promesse d’un week-end évasion, son cadeau favori. Avec l’aide de toute ma famille, Mika a été fêté, surpris et heureux”.

Natacha, 40 ans le 31 mars

“On ne va pas se mentir fêter son anniversaire en confinement c’est pas le top, encore moins quand c’est un âge particulier commemes 40 ans ... ou tu as encore envie de faire la fête. Le jour j quand on me demandait si ce n’était pas trop dur (comme si c’était le pire des supplices être en quarantaine à cette période) j’avais une phrase toute trouvée qui était ‘je préfère fêter mes 40 ans en quarantaine qu’entre 4 planches...’

Je suis consciente de la situation et je ne veux pas prendre de risque ni pour mes proches , ni pour le personnel hospitalier, ni pour personne! Je préfère attendre et fêter ça après la conscience tranquille.

Avec les réseaux sociaux et les applications, tu n’es pas complètement isolé non plus ... et pour une fois j’ai pris le temps de répondre à tous les messages et pas à la va-vite et du coup ça amène des échanges. Et puis je remarque aussi que les gens prennent le temps de t’envoyer des vidéos et des messages plus personnels. Même les plus timides deviennent créatifs! Tu sens aussi une bienveillance dans les messages du style ‘prends soin de toi’.”

  1. Elle n’a pas remis son enfant à l’école: “Pas à cause du coronavirus”
    Interview

    Elle n’a pas remis son enfant à l’école: “Pas à cause du coronavi­rus”

    Ce lundi 25 mai, plusieurs élèves de première et deuxième primaire ainsi que de deuxième secondaire sont retournés sur les bancs de l’école. Ceux en difficulté dans les autres années également. Les experts l’affirment: c’est une bonne chose pour eux. Pourtant, cette rentrée n’est pas vraiment obligatoire. Des parents ont choisi de ne pas renvoyer leurs enfants dans leurs établissements scolaires.