Pour Caroline, il était important d’immortaliser les quelques instants passés avec Annaëlle.
Plein écran
Pour Caroline, il était important d’immortaliser les quelques instants passés avec Annaëlle. © Syndie Willems / ASBL Au-delà des nuages

“J’ai donné naissance à la mort”: le deuil périnatal est un sujet encore trop tabou

InterviewsCe samedi, c’est la journée mondiale de sensibilisation au deuil périnatal. Selon les derniers chiffres de Statbel, en 2019, le nombre de décès fœto-infantiles était de 1.002 en Belgique, et concernait 3,6 cas pour mille bébés. À l’occasion de cette journée particulière pour les familles, nous avons rencontré Caroline, Nicolas et Laetitia. Tous trois ont dû surmonter la douloureuse épreuve de la perte d’un enfant. Ils ont aussi pu compter sur l’ASBL “Au-delà des nuages” qui les a aidés à affronter cette difficile étape de leur vie.

  1. Les violences gynécologiques sont aussi psychologiques: “Il a jeté l’embryon tel un vulgaire déchet”

    Les violences gynécologi­ques sont aussi psychologi­ques: “Il a jeté l’embryon tel un vulgaire déchet”

    Karol-An, 31 ans, a vécu une très mauvaise expérience aux urgences gynécologiques de l’hôpital des Bruyères (CHU), à Liège. Alors qu’elle faisait une fausse couche, un moment douloureux pour toute personne désirant avoir un enfant, le gynécologue à qui elle a eu affaire s’est montré froid et brutal. “Pas physiquement, mais psychologiquement”, cee qui ne change toutefois rien au traumatisme vécu. La Liégeoise se confie.