Plein écran
© Hope for Gammy

L'attitude révoltante d'un couple ayant fait appel à une mère porteuse

Un couple d'Australien a eu recours à une mère porteuse thaïlandaise de 21 ans pour avoir un enfant. La jeune femme, qui souhaitait résoudre les problèmes financiers de sa famille, a donné naissance à des jumeaux il y a un peu plus de six mois. Une petite fille et un petit garçon. Manque de chance, on a rapidement découvert que ce dernier souffrait du syndrome de Down et d'une maladie cardiaque congénitale. Les Australiens ont alors fait leur marché: ils n'ont gardé que la fillette en bonne santé et ont laissé l'enfant autiste à la mère porteuse.

Patthraramon Janbua a décidé d'élever tant bien que mal ce bébé. Elle s'est confiée au Sydney Morning Herald: "Je voudrais dire aux femmes thaïlandaises de ne pas devenir mère porteuse. Ne pensez pas qu'il ne s'agit que d'argent. Si quelque chose tourne mal, personne ne vous aide et si le bébé est abandonné de la société, nous devons en prendre la responsabilité", regrette-t-elle.

Le couple d'Australiens avait demandé à la jeune femme d'avorter lorsqu'ils ont appris que l'un des deux serait autiste. Ses croyances bouddhistes l'en ont empêchée.

Pattraramon Janbua a reçu 1673 dollars au terme des trois premiers mois de grossesse. Elle n'a jamais vu la couleur des 2341 dollars pourtant promis à l'accouchement. Elle demande aujourd'hui de l'aide pour s'occuper du bébé malade. Elle espère améliorer sa qualité de vie.

Sur Twitter, les internautes sont révoltés par l'attitude égoïste des Australiens. "Comment peuvent-ils se dire parents?", s'énerve un twitto. "C'est scandaleux", hurle un autre.

  1. “13 reasons why” parle de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télé

    “13 reasons why” parle de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télé

    La troisième et avant-dernière saison de “13 reasons why” est à présent sur Netflix. On avait reproché à la série de faire l’apologie du suicide. La scène perturbante montrant les dernières secondes d’Hannah Baker a été supprimée. Outre le suicide, la série parle de harcèlement scolaire, d’agressions sexuelles, de fusillades de masse et on en passe. Dans le second épisode de la troisième saison, “13 reasons why” aborde le thème délicat de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télévision. Attention, spoiler.
  1. Faut-il une loi pour interdire la fessée? L’avis des experts

    Faut-il une loi pour interdire la fessée? L’avis des experts

    Si aujourd’hui, tout le monde s’accorde pour dire qu’un enseignant ne doit jamais lever la main sur un enfant, la fessée à la maison gravite dans un flou artistique qui met bien des parents mal à l’aise. Nombreux sont ceux qui ont encore le réflexe de taper sur les doigts, les fesses voire la joue de leur enfant lorsque celui-ci est ingérable. Mais à ne pas accepter ce geste venant d’un proche. En France, la question de la fessée éducative fait débat depuis longtemps et en Belgique, on commence à murmurer qu’il convient de l’interdire. Entre pulsion honteuse et “ça remet les idées en place”, où vous situez-vous?
  2. Elle photographie sa fille soutenant son petit frère en pleine chimio
    Play

    Elle photograp­hie sa fille soutenant son petit frère en pleine chimio

    Une mère de Princeton, au Texas, partage sur Facebook plusieurs clichés de moments d’intimité familiale. Sur ceux-ci, on voit comment la famille endure avec Beckett, le cadet de quatre ans, sa maladie. Le petit garçon a été diagnostiqué en avril 2018: une leucémie lymphoïde chronique qui touche les cellules du sang produites par la moelle osseuse. Sur l’une des images, on voit sa sœur aînée, à peine plus grande que lui, le soutenir durant la chimiothérapie.