Plein écran
© Getty Images

L'Autriche instaure un congé paternité d'un mois

L'Autriche permet depuis dimanche aux hommes de partir en congé paternité pour une durée d'un mois, suivant ainsi les évolutions d'autres pays occidentaux.

Tout employé en faisant la demande sera indemnisé à hauteur de 700 euros par la sécurité sociale. La mesure instaurée en 2017 bénéficiait aux seuls fonctionnaires, les employeurs du privé pouvant refuser cette mise en disponibilité.

Pour inciter ses citoyens de sexe masculin à partir, ce pays de 8,8 millions d'habitants a conditionné l'aide à une prise immédiate du congé, consécutif à la naissance. Proposé par les sociaux-démocrates et voté aussi par l'extrême-droite, malgré la résistance des milieux économiques, l'amendement était porté par les représentantes des femmes au sein des organisations syndicales.

Les lesbiennes dont les partenaires ont conçu un enfant par procréation médicale assistée, les couples homosexuels adoptants et les familles d'accueil sont aussi en mesure de réclamer ce nouveau droit.

La législation sur le sujet évolue rapidement au niveau international, l'Union européenne ayant instauré en avril une norme minimale de 10 jours de congé de paternité, rémunéré à hauteur de la prestation maladie dans chaque État membre.

Victoire

En mai, les pères de Wall Street avaient obtenu une grosse victoire après le versement par la banque JPMorgan de 5 millions de dollars à des salariés masculins qui se jugeaient victimes d'une discrimination basée sur le genre.

En France, une pétition signée par 160 personnalités réclamait en septembre 2018 l'instauration d'un congé paternité obligatoire aligné sur le congé maternité. Une salariée française a droit à un congé maternité de seize semaines, dont huit obligatoires, alors qu'un salarié ne dispose que d'un congé paternité facultatif de onze jours.

Les Espagnols ont allongé au printemps la durée du congé paternité à deux mois, s'alignant sur les pays nordiques, qui offrent les systèmes les plus généreux. En Suisse, le congé paternité n'existe pas.

Chez nous, en Belgique, les papas ont la possibilité de prendre jusqu'à dix jours de congé de paternité. Mais, selon un baromètre relayé récemment par La Ligue des familles, 60% des pères seraient favorables à un alignement de la durée du congé de paternité sur celui de maternité, soit 15 semaines. Tandis que 12% des pères seulement y seraient défavorables.

  1. “13 reasons why” parle de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télé

    “13 reasons why” parle de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télé

    La troisième et avant-dernière saison de “13 reasons why” est à présent sur Netflix. On avait reproché à la série de faire l’apologie du suicide. La scène perturbante montrant les dernières secondes d’Hannah Baker a été supprimée. Outre le suicide, la série parle de harcèlement scolaire, d’agressions sexuelles, de fusillades de masse et on en passe. Dans le second épisode de la troisième saison, “13 reasons why” aborde le thème délicat de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télévision. Attention, spoiler.
  1. Faut-il une loi pour interdire la fessée? L’avis des experts

    Faut-il une loi pour interdire la fessée? L’avis des experts

    Si aujourd’hui, tout le monde s’accorde pour dire qu’un enseignant ne doit jamais lever la main sur un enfant, la fessée à la maison gravite dans un flou artistique qui met bien des parents mal à l’aise. Nombreux sont ceux qui ont encore le réflexe de taper sur les doigts, les fesses voire la joue de leur enfant lorsque celui-ci est ingérable. Mais à ne pas accepter ce geste venant d’un proche. En France, la question de la fessée éducative fait débat depuis longtemps et en Belgique, on commence à murmurer qu’il convient de l’interdire. Entre pulsion honteuse et “ça remet les idées en place”, où vous situez-vous?
  2. Elle photographie sa fille soutenant son petit frère en pleine chimio
    Play

    Elle photograp­hie sa fille soutenant son petit frère en pleine chimio

    Une mère de Princeton, au Texas, partage sur Facebook plusieurs clichés de moments d’intimité familiale. Sur ceux-ci, on voit comment la famille endure avec Beckett, le cadet de quatre ans, sa maladie. Le petit garçon a été diagnostiqué en avril 2018: une leucémie lymphoïde chronique qui touche les cellules du sang produites par la moelle osseuse. Sur l’une des images, on voit sa sœur aînée, à peine plus grande que lui, le soutenir durant la chimiothérapie.