Plein écran
© thinkstock

La fameuse "crise des deux ans" n'existe pas

Si votre enfant est infernal, c'est probablement de votre faute selon une thérapeute britannique.

La "crise des deux ans" peut terrifier certains parents. Désignée sous le terme "terrible two" en anglais, elle nomme le besoin d'affirmation d'un enfant à l'âge de 1 an 1/2, 2 ans. Un besoin d'indépendance qui s'exprime par des colères, des caprices et des larmes.

Pour la thérapeute Gillian Bridge, cette fameuse "crise des deux ans" n'existe pas. Selon elle, les parents sont à blâmer pour le comportement infernal de leurs marmots. "Ils emmènent leurs enfants dans des endroits où ils ne sont pas susceptibles de bien se tenir, comme un bar ou un cinéma."

Vous en doutez? La thérapeute précise au Times que cette crise "n'existe pas dans de nombreuses régions du monde".  

"Nous emmenons nos enfants dans des lieux horribles et nous nous attendons à ce qu'ils s'adaptent à des lieux dédiés aux adultes alors que nous n'aurions pas trouvé cela approprié il y a quelques années."

"Nous y trouvons des papas et des mamans éreintés qui tentent vainement de calmer leurs petits qui crient et luttent ou qui abandonnent toute tentative, alors que tout autour d'eux des voix murmurent avec bienveillance qu'il s'agit de la crise des deux ans. Comme si ces parents avaient à supporter une sorte de rituel de passage."

  1. Faut-il une loi pour interdire la fessée? L’avis des experts

    Faut-il une loi pour interdire la fessée? L’avis des experts

    Si aujourd’hui, tout le monde s’accorde pour dire qu’un enseignant ne doit jamais lever la main sur un enfant, la fessée à la maison gravite dans un flou artistique qui met bien des parents mal à l’aise. Nombreux sont ceux qui ont encore le réflexe de taper sur les doigts, les fesses voire la joue de leur enfant lorsque celui-ci est ingérable. Mais à ne pas accepter ce geste venant d’un proche. En France, la question de la fessée éducative fait débat depuis longtemps et en Belgique, on commence à murmurer qu’il convient de l’interdire. Entre pulsion honteuse et “ça remet les idées en place”, où vous situez-vous?
  2. Elle photographie sa fille soutenant son petit frère en pleine chimio
    Play

    Elle photograp­hie sa fille soutenant son petit frère en pleine chimio

    Une mère de Princeton, au Texas, partage sur Facebook plusieurs clichés de moments d’intimité familiale. Sur ceux-ci, on voit comment la famille endure avec Beckett, le cadet de quatre ans, sa maladie. Le petit garçon a été diagnostiqué en avril 2018: une leucémie lymphoïde chronique qui touche les cellules du sang produites par la moelle osseuse. Sur l’une des images, on voit sa sœur aînée, à peine plus grande que lui, le soutenir durant la chimiothérapie.
  3. Les questions à poser à votre enfant à son retour de l'école
    Blog

    Les questions à poser à votre enfant à son retour de l'école

    Notre journaliste Déborah Laurent est installée en Californie une grande partie de l’année. L’occasion pour 7sur7 de vous fournir l’information la plus rapide et la plus complète possible (merci le décalage horaire!). Et l’occasion pour elle de constater les différences culturelles impressionnantes avec notre plat pays et d’apprendre à vivre en famille loin de tous. Elle en parle sur son blog personnel Sea You Son (et sur Instagram ici et Facebook ici). Nous vous proposerons chaque mardi l’un de ses articles de blog ici.