Plein écran
© anp

La plasticine n'était initialement pas destinée à être un jeu pour enfants

La plasticine Play-Doh n'était pas destinée à devenir un jeu pour enfants. Lors de sa création, au milieu des années 30, la pâte servait en fait à nettoyer le papier peint.

On doit l'invention de cette pâte à modeler à Cleo McVicker, à la tête d'une société de savon. À l'époque, on chauffait la maison en brûlant du charbon et la plasticine servait à effacer les traces de suie sur le papier peint. Par la suite, le papier peint en vinyle s'est développé et on pouvait le nettoyer avec de l'eau et du savon. On a aussi commencé à se chauffer au pétrole et au gaz. La plasticine a donc perdu de son utilité.

Quand Cleo est mort dans un accident d'avion en 1949, son fils Joseph et son beau-fils Bille ont voulu relancer son entreprise. C'est là que la pâte est devenue un jouet pour enfants. La belle-soeur de Joseph était à la tête d'une école maternelle et elle avait besoin de matériaux peu coûteux pour faire des décorations de Noël avec ses élèves. Elle a eu l'idée d'amener la pâte dans la classe.

Les élèves ont fait usage d'emporte-pièces pour faire des formes et l'institutrice les a mis au four pour en faire des ornements durables. Elle a raconté à Joseph le succès de son activité. Et il a fait en sorte de réinventer le produit.

Play-Doh est né en 1956. La première pâte à modeler était blanc cassé et vendue dans des gros bidons. La pâte a ensuite été proposée en rouge, en jaune et en bleu et dans des contenants plus petits. Aujourd'hui, Play-Doh appartient à Hasbro et plus de 500 millions de pots sont produits chaque année.

  1. Plusieurs communes de la région de Charleroi ont fermé leurs parcs

    Plusieurs communes de la région de Charleroi ont fermé leurs parcs

    Les dernières mesures du Conseil National de Sécurité (CNS) contre la propagation du coronavirus sont plutôt restrictives. Pourtant, elles laissent la possibilité aux citoyens de faire de l’exercice physique ou de se promener dans les parcs sous certaines conditions. Malheureusement, certains ne respectent pas ces conditions. Plusieurs communes ou villes de la région de Charleroi ont pris une décision radicale.
  2. Une infirmière a été refoulée à l’AD Delhaize de Gosselies: “C’est fort!”

    Une infirmière a été refoulée à l’AD Delhaize de Gosselies: “C’est fort!”

    Il y a une dizaine de jours, l’AD Delhaize à Gosselies (Charleroi) avait pris une mesure drastique pour empêcher ses clients de dévaliser ses rayons sans la moindre raison suite au coronavirus. Le magasin avait décidé de limiter la vente à deux articles par famille de produits. Les réactions qui ont suivi sur les réseaux sociaux étaient globalement positives. Mais la semaine passée, une infirmière a passé un gros coup de gueule contre le supermarché via son compte Facebook. Elle nous a contacté pour nous en faire part.