Plein écran
Le petit bonnet qui bloque les ondes wifi signé Petit Bateau. © Petit Bateau

Le bad buzz de Petit Bateau avec ses vêtements anti-ondes: “Pseudoscience”, “marketing de la peur”

Nous vous en parlions récemment, Petit Bateau propose désormais une collection pour les bébés qui bloquerait les ondes émises par le wifi. Accusée d’arnaque par des internautes, la marque se retrouve face à une polémique. 

Une couverture et un petit bonnet ont suffi à provoquer un bad buzz dont Petit Bateau se serait bien passé. Cette collection très spéciale a pour objectif de mettre bébé en mode avion. Le fil en coton est mélangé à un fil gainé d’argent dans une maille en jersey double face. 99,5% des ondes seraient bloquées par le tissu. Le bonnet coûte 19,90 euros, la couverture 89.

Mais l’idée de Petit Bateau a suscité de nombreux commentaires négatifs, notamment sur les réseaux sociaux. L’enseigne est accusée de mentir en étant trop alarmiste. Les sceptiques estiment que le but est de jouer sur la peur des parents avec des craintes infondées pour les inciter à acheter.

“Un impact sur le développement de l’enfant” selon Petit Bateau

Petit Bateau a réagi à la polémique auprès du Midi Libre. “Ces dix dernières années, avec le développement des téléphones portables, des ordinateurs, et autres appareils électroniques, des études montrent que l’exposition quotidienne aux ondes notamment durant la grossesse et la petite enfance pourrait avoir un impact sur le développement de l’enfant. De plus, de nombreuses études démontrent que les tissus des cerveaux des enfants sont plus absorbants que ceux des adultes du fait de leurs crânes plus fins, ils sont donc plus vulnérables”, peut-on lire.

À l’origine d’un rapport sur la question, l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) évoquait effectivement cette hypothèse, tout en précisant que les données “ne permettent pas de conclure à l’existence ou non d’un effet des radiofréquences chez l’enfant”. Difficile, donc, d’assurer la fiabilité de ces vêtements.

Petit condensé des (nombreuses) réactions négatives des internautes:

Plein écran
Cette couverture bloque les ondes émises par le wifi et est signée Petit Bateau. © Petit Bateau
Plein écran
© Petit Bateau
  1. “13 reasons why” parle de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télé

    “13 reasons why” parle de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télé

    La troisième et avant-dernière saison de “13 reasons why” est à présent sur Netflix. On avait reproché à la série de faire l’apologie du suicide. La scène perturbante montrant les dernières secondes d’Hannah Baker a été supprimée. Outre le suicide, la série parle de harcèlement scolaire, d’agressions sexuelles, de fusillades de masse et on en passe. Dans le second épisode de la troisième saison, “13 reasons why” aborde le thème délicat de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télévision. Attention, spoiler.
  1. Faut-il une loi pour interdire la fessée? L’avis des experts

    Faut-il une loi pour interdire la fessée? L’avis des experts

    Si aujourd’hui, tout le monde s’accorde pour dire qu’un enseignant ne doit jamais lever la main sur un enfant, la fessée à la maison gravite dans un flou artistique qui met bien des parents mal à l’aise. Nombreux sont ceux qui ont encore le réflexe de taper sur les doigts, les fesses voire la joue de leur enfant lorsque celui-ci est ingérable. Mais à ne pas accepter ce geste venant d’un proche. En France, la question de la fessée éducative fait débat depuis longtemps et en Belgique, on commence à murmurer qu’il convient de l’interdire. Entre pulsion honteuse et “ça remet les idées en place”, où vous situez-vous?
  2. Elle photographie sa fille soutenant son petit frère en pleine chimio
    Play

    Elle photograp­hie sa fille soutenant son petit frère en pleine chimio

    Une mère de Princeton, au Texas, partage sur Facebook plusieurs clichés de moments d’intimité familiale. Sur ceux-ci, on voit comment la famille endure avec Beckett, le cadet de quatre ans, sa maladie. Le petit garçon a été diagnostiqué en avril 2018: une leucémie lymphoïde chronique qui touche les cellules du sang produites par la moelle osseuse. Sur l’une des images, on voit sa sœur aînée, à peine plus grande que lui, le soutenir durant la chimiothérapie.