Plein écran
Cute preschooler girl drawing a picture with colorful pencils © thinkstock

Les questions à poser à votre enfant à son retour de l'école

BlogNotre journaliste Déborah Laurent est installée en Californie une grande partie de l’année. L’occasion pour 7sur7 de vous fournir l’information la plus rapide et la plus complète possible (merci le décalage horaire!). Et l’occasion pour elle de constater les différences culturelles impressionnantes avec notre plat pays et d’apprendre à vivre en famille loin de tous. Elle en parle sur son blog personnel Sea You Son (et sur Instagram ici et Facebook ici). Nous vous proposerons chaque mardi l’un de ses articles de blog ici.

Avec la rentrée, les habitudes se réinstallent doucement mais sûrement. Et parmi elles, celle qui veut que l’on pose toujours la même question à notre enfant pour essayer d’en savoir plus sur ses activités... La question étant: “Ça a été ta journée?” L’opération est rarement couronnée de succès. L’approche est pourtant intéressante: c’est important de montrer à nos enfants qu’on s’intéresse à ce qu’ils font. Mais alors que vous espériez une réponse en plusieurs points, elle tient généralement en un vague “Ouais ouais”. “Oui, oui”, pour les parents les plus chanceux. Je n’en fais pas partie. Passons.

Le problème, c’est que si elle est ouverte (et ça, c’est très bien, ça laisse un champ de réponses diverses et variées possible), la question est trop vague. Elle ne fait remonter aucun souvenir précis dans le cerveau fatigué du marmot, qu’importe son âge. Un jeune enfant est dans le moment présent. Il a dû mal à synthétiser ses idées, à vous raconter par le menu ce qu’il a fait depuis qu’il a quitté la maison. Les jeunes enfants n’ont aucune notion du temps qui passe. Ce n’est pas pour rien que les rituels sont sacrés avant l’école primaire. On se lave les mains avant d’aller à la cantine: l’enfant comprend alors qu’il est bientôt temps de manger. On lit une histoire avant l’heure de la sieste: l’enfant comprend que le moment calme arrive.

À Palm Springs, j’ai la chance de recevoir, tous les jours, un petit mot de l’institutrice. Elle m’indique les activités de la journée, ce qu’il a mangé, de quelle humeur il était, elle m’annonce le thème de la journée du lendemain. Ça me permet d’avoir quelques éléments pour engager la conversation. Si vous n’avez pas de feedback du prof ou que votre enfant n’est pas spécialement bavard, il faut donc trouver des questions amusantes, déroutantes, qui insistent sur des événements particuliers. Si vous espérez en savoir plus sur les huit heures (au mieux) que votre petit/grand a passées sans vous, voici des questions à votre enfant à son retour de l’école qui pourraient être à l’origine d’un échange intéressant.

As-tu vu quelqu’un faire quelque chose de marrant dans la cour ou dans la classe?

De quelle humeur était la maîtresse/le prof aujourd’hui? S’est-elle/il fâché(e)? A-t-il rigolé?

À côté de qui voudrais-tu t’asseoir en classe, si tu pouvais choisir? Et à côté de qui ne voudrais-tu pas être assis?

Quelle est la chose la plus gentille que tu aies fait pour quelqu’un aujourd’hui?

Quelle est la nouvelle chose que tu ne savais pas avant et tu as appris à l’école aujourd’hui?

Comment jugerais-tu ta journée à l’école sur une échelle de 1 à 10 et pourquoi?

Si j’avais une discussion avec ton professeur ce soir, que me dirait-il à ton sujet?

Lisez la suite de l'article sur le blog en cliquant ici.

  1. “13 reasons why” parle de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télé

    “13 reasons why” parle de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télé

    La troisième et avant-dernière saison de “13 reasons why” est à présent sur Netflix. On avait reproché à la série de faire l’apologie du suicide. La scène perturbante montrant les dernières secondes d’Hannah Baker a été supprimée. Outre le suicide, la série parle de harcèlement scolaire, d’agressions sexuelles, de fusillades de masse et on en passe. Dans le second épisode de la troisième saison, “13 reasons why” aborde le thème délicat de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télévision. Attention, spoiler.
  1. Faut-il une loi pour interdire la fessée? L’avis des experts

    Faut-il une loi pour interdire la fessée? L’avis des experts

    Si aujourd’hui, tout le monde s’accorde pour dire qu’un enseignant ne doit jamais lever la main sur un enfant, la fessée à la maison gravite dans un flou artistique qui met bien des parents mal à l’aise. Nombreux sont ceux qui ont encore le réflexe de taper sur les doigts, les fesses voire la joue de leur enfant lorsque celui-ci est ingérable. Mais à ne pas accepter ce geste venant d’un proche. En France, la question de la fessée éducative fait débat depuis longtemps et en Belgique, on commence à murmurer qu’il convient de l’interdire. Entre pulsion honteuse et “ça remet les idées en place”, où vous situez-vous?
  2. Elle photographie sa fille soutenant son petit frère en pleine chimio
    Play

    Elle photograp­hie sa fille soutenant son petit frère en pleine chimio

    Une mère de Princeton, au Texas, partage sur Facebook plusieurs clichés de moments d’intimité familiale. Sur ceux-ci, on voit comment la famille endure avec Beckett, le cadet de quatre ans, sa maladie. Le petit garçon a été diagnostiqué en avril 2018: une leucémie lymphoïde chronique qui touche les cellules du sang produites par la moelle osseuse. Sur l’une des images, on voit sa sœur aînée, à peine plus grande que lui, le soutenir durant la chimiothérapie.