"Monsieur Patate" ne devrait pas disparaître pour autant.
Plein écran
"Monsieur Patate" ne devrait pas disparaître pour autant. © Hasbro

“Monsieur Patate”, jouet culte de notre enfance, laisse place à une famille non-genrée

Finie la marque “Monsieur Patate”, jouet culte du groupe Hasbro: le fabricant a annoncé jeudi qu’il allait commercialiser une famille patate non-genrée, même s’il a ensuite tenu à assurer que les jouets genrés eux-mêmes resteraient, seuls la marque et le logo perdant l’attribut “Monsieur”.

  1. Voici le montant que les jeunes peuvent épargner en restant habiter plus longtemps chez leurs parents
    Guide-epargne.be

    Voici le montant que les jeunes peuvent épargner en restant habiter plus longtemps chez leurs parents

    Les prix des habitations continuent d’augmenter. Ainsi, les jeunes éprouvent plus de difficultés à acquérir leur propre bien immobilier. Par conséquent, ils quittent le nid parental plus tard. Toutefois, ces quelques années supplémentaires dans le nid parental leur permettront souvent de concrétiser plus facilement leur rêve immobilier. Ci-dessous, Guide-epargne.be vous fournit des explications à ce sujet.
  1. Un banc d'allaitement est installé à Courtrai pour normaliser le fait de nourrir son bébé en public

    Un banc d'allaite­ment est installé à Courtrai pour normaliser le fait de nourrir son bébé en public

    La Semaine mondiale de l’allaitement maternel se déroulera du 1er au 7 août. Allaiter en public n’est pas toujours une sinécure. Les mères ne sont pas toujours à l’aise à l’idée de nourrir leur bébé en public. Au point que certaines s’en empêchent. La marque Elvie va installer un banc d’allaitement dans la ville de Courtrai dans l’idée de le normaliser dans l’espace public. Le banc sera accessible tout au long du mois d’août.
  2. La star de “Matilda" sexualisée dès l’enfance, des hommes de 50 ans lui envoyaient des lettres

    La star de “Matilda" sexualisée dès l’enfance, des hommes de 50 ans lui envoyaient des lettres

    Dans un texte publié dans le New York Times mardi, Mara Wilson, la star du film “Matilda”, est revenue sur son enfance passée sous les projecteurs. L’actrice, qui avait sept ans lorsqu’elle a été révélée aux yeux du grand public, a évoqué les questions inappropriées auxquelles elle a dû répondre en interview, ou encore les lettres écrites par des quinquagénaires.