Plein écran
© DR

"Personne n'est à l'abri d'avoir un enfant harcelé ou un enfant harceleur"

Ce sont des familles comme les autres. Il y a d'un côté la famille Mariani, de l'autre la famille Kessler. Les parents ont leurs soucis, leurs inquiétudes. Il y a quelques petits mensonges qu'on fait pour garder la face et ne pas bouleverser ceux qu'on aime, ou les décevoir. Rien de grave, tant qu'il y a de l'amour. Ce sont des parents aimants, attentionnés même si débordés et préoccupés. Des gens normaux avec des enfants qui semblent l'être aussi.

Plein écran
© XO Editions

Amélie Antoine nous raconte, dans la première partie du livre "Raisons Obscures", les jours qui s'écoulent du point de vue des parents. On n'imagine pas qu'en fait, au coeur de l'une de ces familles, il y a un enfant harcelé à l'école et dans l'autre, un enfant harceleur. Ce sont eux qui auront la parole et qui referont l'histoire dans la deuxième partie du roman. On comprend que certains événements anodins selon le point de vue des parents ont eu un impact monstrueux sur leurs enfants et les ont mis sur un chemin sur lequel ils n'auraient pas forcément dû se trouver. C'est tragique et bouleversant.

Amélie Antoine nous explique que ce qui l'intéressait "plus que le harcèlement" à proprement parler, c'était de savoir "comment des parents peuvent passer à côté de cette souffrance-là"? Elle-même maman, elle le sait: elle n'est pas à l'abri de passer à côté des drames qui se joueraient dans la vie de ses enfants. "Personne n'est à l'abri d'avoir un enfant harcelé ou d'avoir un enfant harceleur. Les parents dépeints dans le livre ne sont pas démissionnaires. Ils passent du temps avec leurs enfants, ils ont leurs problèmes et leurs préoccupations mais ils aiment leurs enfants."

Amélie Antoine ne juge pas ses personnages, qu'importe la violence de certains gestes posés par l'enfant harceleur. "J'essaie de ne pas dire que telle personne est coupable. J'essaie de les comprendre tous, même l'enfant qui harcèle." Le plus horrible, c'est que celui-là, et on ne vous dit pas son nom pour éviter tout spoiler qui gâcherait votre plaisir de lecture, il a choisi sa cible au hasard. "La victime est interchangeable. Si ce n'était pas elle, ça serait une autre..." Ca lui tombe dessus, sans qu'elle ne puisse rien y faire. C'est injuste et de cette injustice naît un roman bouleversant.

"Raisons Obscures" chez XO Editions, disponible, entre autres, sur Amazon, ici.

  1. “13 reasons why” parle de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télé

    “13 reasons why” parle de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télé

    La troisième et avant-dernière saison de “13 reasons why” est à présent sur Netflix. On avait reproché à la série de faire l’apologie du suicide. La scène perturbante montrant les dernières secondes d’Hannah Baker a été supprimée. Outre le suicide, la série parle de harcèlement scolaire, d’agressions sexuelles, de fusillades de masse et on en passe. Dans le second épisode de la troisième saison, “13 reasons why” aborde le thème délicat de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télévision. Attention, spoiler.
  1. Faut-il une loi pour interdire la fessée? L’avis des experts

    Faut-il une loi pour interdire la fessée? L’avis des experts

    Si aujourd’hui, tout le monde s’accorde pour dire qu’un enseignant ne doit jamais lever la main sur un enfant, la fessée à la maison gravite dans un flou artistique qui met bien des parents mal à l’aise. Nombreux sont ceux qui ont encore le réflexe de taper sur les doigts, les fesses voire la joue de leur enfant lorsque celui-ci est ingérable. Mais à ne pas accepter ce geste venant d’un proche. En France, la question de la fessée éducative fait débat depuis longtemps et en Belgique, on commence à murmurer qu’il convient de l’interdire. Entre pulsion honteuse et “ça remet les idées en place”, où vous situez-vous?
  2. Elle photographie sa fille soutenant son petit frère en pleine chimio
    Play

    Elle photograp­hie sa fille soutenant son petit frère en pleine chimio

    Une mère de Princeton, au Texas, partage sur Facebook plusieurs clichés de moments d’intimité familiale. Sur ceux-ci, on voit comment la famille endure avec Beckett, le cadet de quatre ans, sa maladie. Le petit garçon a été diagnostiqué en avril 2018: une leucémie lymphoïde chronique qui touche les cellules du sang produites par la moelle osseuse. Sur l’une des images, on voit sa sœur aînée, à peine plus grande que lui, le soutenir durant la chimiothérapie.