Plein écran
© Getty Images

Travailler à la maison avec un enfant: les trucs qui fonctionnent vraiment

BlogNotre journaliste Déborah Laurent est installée en Californie une grande partie de l’année. L’occasion pour 7sur7 de vous fournir l’information la plus rapide et la plus complète possible (merci le décalage horaire!). Et l’occasion pour elle de constater les différences culturelles impressionnantes avec notre plat pays et d’apprendre à vivre en famille loin de tous. Elle en parle sur son blog personnel Sea You Son (et sur Instagram iciFacebook ici et YouTube ici). Nous vous proposerons chaque mardi l’un de ses articles de blog ici.

La situation actuelle est très particulière: des milliers de parents sont coincés à la maison avec leurs enfants sans pour autant être en vacances. On leur demande de travailler et d’occuper leurs mômes, et même de leur donner cours à la place des professeurs. Je suis en télétravail depuis des années et en vivant à l'étranger, sans famille pour garder notre petit garçon, la situation télétravail + présence de l’enfant se présente souvent. Voilà ce que j’ai testé et ce qui fonctionne. Ne vous mettez pas la pression, ne perdez pas de vue qu’on est tous logé à la même enseigne, que la situation est temporaire et que c’est pour le bien de tout le monde.

 On vous dira de fixer des horaires de travail et de vous y tenir. Bullshit!

Que celles qui arrivent à faire exactement ce qu’elles souhaitent au moment où elles ont prévu de le faire avec un enfant dans les parages lèvent la main…

Personnellement, ça fait quatre ans, soit depuis que mon enfant est né, que le timing est une question toute relative: je ne suis jamais aussi à l’heure que je l’espère et c’est toujours le jour où il faut quitter l’appartement à une heure précise qu’Ezra joue les prolongations de sieste. Bilan: j’ai arrêté de faire des plans. Je me fixe des objectifs raisonnables à la journée et j’essaie de les atteindre. Mais je ne sais pas trop si ça sera fait en matinée ou en soirée, je fais en fonction de l’humeur générale.

Par contre, je fais un planning clair à mon enfant. Je rythme sa journée et vu qu’il ne sait pas lire, je colle des gommettes (ou je dessine) pour qu’il sache, sans que je doive lui dire, où il se situe dans la journée. Sont notés sur ce planning: les moments où je suis disponible pour lui et ceux où il doit s’occuper tout seul.

Écoutez-le : vous perdrez moins de temps que si vous ne le faites pas

On lâche la bride donc et on fait, autant que possible, en fonction des besoins de l’enfant. Si mon fils m’interrompt alors que je suis en train de travailler, j’essaie évidemment de lui faire comprendre que je suis occupée et que plus vite il me laisse me concentrer, plus vite je serai disponible pour lui. Parfois, ça fonctionne. Tant mieux. Parfois, il insiste, il veut grimper sur mes genoux, il râle. Plus je le repousse, plus il va tenter de forcer la barrière. Vous connaissez l’adage: “Fuis-moi, je te suis, suis-moi, je te fuis”. Ça fonctionne aussi quand on travaille à la maison avec un môme.

Je laisse tomber ce que j’étais en train de faire vingt minutes le temps de répondre à son besoin immédiat. Même si je suis tentée de m’énerver, je me rappelle qu’il n’est pas responsable de la situation. Pas la peine de lui en vouloir… Je fais donc un puzzle, je prends le goûter avec lui, je le regarde et je lui parle. Je suis vraiment là, sans écran interposé, et généralement, ça suffit pour le contenter. Une fois qu’il a goûté à sa dose d’attention, il est plus facilement raisonnable. Je peux alors retourner à mes moutons… Jusqu’à la prochaine interruption.

Des activités en réserve

Pour qu’elle n’arrive pas trop vite, n’hésitez pas à avoir des activités en réserve. On pourrait penser que mon fils est gâté, je pense que ceux qui disent ça n’ont jamais dû faire deux choses en même temps. Activités de coloriage, de découpage, jeux de réflexion à faire en solo (les Smartgames sont super), circuit de trains, boîtes d’activité de type Pandacraft et ToucanBox livrées à domicile (vraiment géniales), livres, mon salon ressemble à une classe de maternelle mais mon fils peut s’occuper plus ou moins longtemps, seul. Lisez la suite de l’article sur le blog en cliquant ici.

  1. Charleroi n’aura pas de PEPS ce printemps

    Charleroi n’aura pas de PEPS ce printemps

    La semaine dernière, la Ville de Charleroi avait décidé d’annuler les Plaines Éducatives de Proximité Saisonnières (PEPS) de Printemps suite à la crise du coronavirus. Deux exceptions toutefois: celle de Montignies-sur-Sambre et celle de Couillet. Des navettes étaient même prévues depuis le site de Monceau Cool Heures pour transporter les enfants vers la plaine de Montignies-sur-Sambre. Mais un événement récent a fait voler ces intentions en éclat.
  2. Plusieurs communes de la région de Charleroi ont fermé leurs parcs

    Plusieurs communes de la région de Charleroi ont fermé leurs parcs

    Les dernières mesures du Conseil National de Sécurité (CNS) contre la propagation du coronavirus sont plutôt restrictives. Pourtant, elles laissent la possibilité aux citoyens de faire de l’exercice physique ou de se promener dans les parcs sous certaines conditions. Malheureusement, certains ne respectent pas ces conditions. Plusieurs communes ou villes de la région de Charleroi ont pris une décision radicale.