Plein écran
Marcel Javaux © Capture d'écran RTBF

Accusé de racisme, Marcel Javaux se défend: “C’est insultant”

Malaise sur le plateau de La Tribune, lundi soir. Lors de la traditionnelle page arbitrage, Marcel Javaux a regretté que Dennis, attaquant nigérian du Club de Bruges, soit “blanchi” après un tacle dangereux lors du match face à Ostende. Il a ensuite ajouté “enfin, si on peut dire”. Des propos qui n’ont pas tardé à donner naissance à des commentaires indignés sur Twitter. Le consultant de la RTBF juge “insultant” d’être “traité de raciste” et s’excuse si ses propos ont pu être mal interprétés. 

Invité comme chaque lundi à décortiquer les phases litigieuses du week-end, Marcel Javaux est appelé à évoquer la semelle non sanctionnée de Dennis sur Hjulsager. “C’est inadmissible, je ne comprends pas. Le VAR a pourtant les images. Il vise la rotule, c’est crapuleux”, s’insurge l’ancien arbitre. 

“Cela vaut quatre ou cinq matches de suspension et le gars s’en sort blanchi (...) Enfin si on peut dire”, conclut-il en commentaires des images. Lors du retour en plateau, l’atmosphère est tendue. Stéphane Strecker grimace et Khalilou Fadiga répète plusieurs fois “non”. Marcel Javaux continue de déployer son argumentaire en lançant une comparaison avec une faute commise par Nielsen, joueur de l’Union. Le malaise est perceptible, Benjamin Deceuninck tente de désamorcer le moment de flottement avec un limpide “Restons corrects”. 

Sur les réseaux sociaux, certains téléspectateurs ont rapidement condamné les propos du consultant. “Hier en direct sur la chaîne nationale, il s’est passé ça... regardez ou plutôt écoutez le malaise qu’a créé cette ‘blague’ déplacée...”, partage un internaute, extrait à l'appui. D'autres commentaires sont moins mesurés et accusent Marcel Javaux d’être raciste. L’Ardennais a cependant pu compter sur le soutien de certains observateurs. 

Mardi matin, face à l'ampleur prise par la polémique, il a présenté ses excuses sur Twitter. “Manifestement, le terme blanchi utilisé tous les jours en droit aurait eu, selon d’aucuns, une connotation raciste dans ma bouche... Dans ce cas je m’en excuse. Dire sur cette base que je suis raciste est insultant.” 

Avant de répondre à une remarque. “Si j’ai maladroitement ajouté ‘si on peut dire’, c’est uniquement parce que je me suis directement rendu compte que le terme blanchi était inapproprié... De là à en faire un cirque au centre duquel je serais le pseudo raciste à abattre est excessif et injuste...” 

La RTBF réagit

Sur son site internet, la RTBF a officiellement réagi par l’intermédiaire de Michel Lecomte, rédacteur en chef des sports.  “Nous nous sommes expliqués Marcel Javaux et moi immédiatement en sortant du plateau hier sur le caractère très équivoque de cette réflexion. Marcel Javaux s’est défendu en précisant qu’au moment où il a employé l’expression “blanchi “ il a voulu s’excuser et a ajouté “si on peut dire”. Cela n’a manifestement pas été perçu de la même façon par tous, ce qui explique les nombreuses réactions après cette intervention qui a provoqué un réel malaise sur le plateau”, entame-t-il. 

Il poursuit: “Cette réflexion était déplacée et de mauvais goût mais on ne peut pas l’associer à des propos racistes qui viseraient à être discriminants envers qui que ce soit. Si Marcel Javaux avait un tel profil, il ne ferait pas partie de l’équipe de La Tribune qui a toujours dénoncé avec vigueur les actes, les gestes et les propos racistes toujours bien présents, malheureusement, dans et autour des stades.”