Plein écran
© Photo News

Anderlecht sera-t-il un oiseau pour le chat brugeois?

Auteur de l’un des pires débuts de saisons de son histoire (5 sur 21), Anderlecht se déplace au Club de Bruges dans un contexte qui n’incite pas à l’optimisme. Alors que Vincent Kompany cherche toujours la bonne formule, il pourrait bien repêcher Trebel, snobé systématiquement jusqu’ici. Invaincus depuis le début de saison, les Blauw en Zwart auront la possibilité de reléguer les Mauves… à quinze points en cas de victoire, un gouffre après huit matchs. Si pour de nombreux observateurs, le Club de Bruges est devenu la nouvelle référence du football belge, le Sporting a la ferme intention de venir jouer les trouble-fête. En a-t-il réellement les moyens? Voici l’avis de nos rédacteurs.

Michael Bouche: “Une courte victoire pour Bruges”

Contrairement aux apparences, ce Topper entre Bruges et Anderlecht pourrait être plus équilibré qu’on ne le pense. Les hommes de Philippe Clément sortent d’un match de Ligue des champions éreintant sur le plan physique et mental, tandis que le Sporting aura l’avantage de la fraîcheur. Par ailleurs, le Club doit faire face à un problème d’efficacité en attaque, à l’image d’un David Okereke muet depuis 7 matchs (toutes compétitions confondues). De l’autre côté, Anderlecht n’aura finalement pas grand-chose à perdre en Venise du Nord. Le retour (pressenti) de Trebel pourrait faire le plus grand bien à l’entrejeu anderlechtois et permettre à Verschaeren de jouer un rôle plus offensif. Toutefois, les individualités brugeoises, galvanisées par le soutien du public, devraient avoir le dernier mot dans ce match. Notre pronostic: une courte victoire brugeoise (2-1 ou 1-0).

Mathéo Geslan: “Un partage avec des buts”

Quand on compare la forme des deux équipes, il n’y a pas photo. Bruges, malgré quelques couacs, réalise un début de saison en adéquation avec ses objectifs. La profondeur de son noyau en fait le favori pour le titre. Il n’a pas fallu de temps d’adaptation à Philippe Clément pour faire passer ses idées. Comment la victoire peut-elle donc échapper aux Blauw en Zwart face à des Mauves en pénurie de confiance? D’abord, les Gazelles ont mis beaucoup de forces dans la bataille face à Galatasaray mercredi. L’accumulation des matchs risque de commencer à se faire ressentir, Bruges a disputé onze rencontres officielles depuis le début de saison alors qu’Anderlecht en a joué sept. Les Mauves sont certes dans une mauvaise passe, mais ils ont les joueurs talentueux et expérimentés pour élever leur niveau de jeu dans une telle affiche. En ayant disposé de toute la semaine pour préparer le choc, le Sporting risque de poser des soucis à des Brugeois émoussés, et je mise sur un partage avec des buts (1-1 ou 2-2).

Baptiste Meslin: “Anderlecht va créer la surprise”

Malgré les trajectoires diamétralement opposées des deux clubs, ce “topper” devrait offrir un joli spectacle. C’est connu, dans le football, rien n’est acquis, ni écrit d’avance. Et cette rencontre va le prouver. C’est d’ailleurs souvent quand une équipe est en forme et l’autre au fond du trou que l’exploit se produit. Les Brugeois sont deuxièmes au classement (14 pts), tandis qu’Anderlecht pointe à une décevante 13e position (5 pts). Favori du championnat avec un groupe de qualité et des résultats probants depuis le début de la saison (4 victoires et 2 nuls en Pro League), les Blauw-zwart semblent lancés pour faire une grande saison. De leur côté, les Mauves ont un début de saison compliqué avec une seule victoire au compteur. Mais ce succès glané contre le Standard, actuel premier de Pro League, devrait donner des idées et de l’espoir aux coéquipiers de Nacer Chadli. Le retour probable d’Adrien Trebel pourrait également changer la donne. Avec un match éprouvant sur le plan athlétique ce mercredi contre Galatasaray en Ligue des champions, les hommes de Philippe Clément seront moins frais que les coéquipiers de Vincent Kompany qui n’ont pas joué cette semaine. Déjouants tous les pronostics, les Mauves vont lancer véritablement leur saison en allant s’imposer au stade Jan Breydel dans un match fou (3-2).