Plein écran
© Photo News

Ces licenciements qui coûtent cher à Anderlecht

Jeudi dernier, Frank Arnesen a été remercié par le Sporting. Le désormais ex-directeur technique quitte le Lotto Park avec une prime de départ estimée à 600.000 euros, rapporte Het Laaste Nieuws. Depuis l’arrivée de Marc Coucke, l’organigramme du club a déjà été modifié à plusieurs reprises, ce qui n’est pas sans conséquence sur les finances. 

Depuis l’arrivée de Kompany, son pouvoir était amoindri. La semaine dernière, en parallèle de l'annonce de l’arrivée de Franky Vercauteren, Frank Arnesen a été prié de faire ses bagages. Un sort réservé à de nombreux autres employés du Sporting ces derniers mois. 

Le Danois, qui percevait 50.000 euros par mois, quitte Anderlecht avec une prime de licenciement de 600.000 euros, après seulement dix mois passés au club. Il devait logiquement y assurer une mission de trois ans. 

Plein écran
Arnesen, Vanhaezebrouck, Devroe, Van Holsbeeck © PN, Belga

Le limogeage de Hein Vanhaezebrouck a coûté 700.000 euros et le départ forcé de Herman Van Holsbeeck est évalué à 1,7 million d’euros, mais ce dossier doit encore être examiné par le CEPANI, le centre belge d’arbitrage et de médiation. Son successeur, Luc Devroe, est lui parti en janvier dernier avec une indemnité de 400.000 euros. 

Depuis l’intronisation de Marc Coucke à la tête du club en décembre 2017, d'autres départs, parfois moins médiatisés, ont été prononcés. Le manager Gunther Van Handenhoven, l’entraîneur Fred Rutten, le chef du scouting Dimitri Mbuyu, les assistants Gino Caen et Arno van Zwam, le médecin Chris Goossens, le physiothérapeute Jochen De Coene et la responsable presse Marie Verbeke ont également été contraints de partir.  Des séparations qui ont un impact négatif sur la trésorerie  du club.