Plein écran
© Photo News

Ces licenciements qui coûtent cher à Anderlecht

Jeudi dernier, Frank Arnesen a été remercié par le Sporting. Le désormais ex-directeur technique quitte le Lotto Park avec une prime de départ estimée à 600.000 euros, rapporte Het Laaste Nieuws. Depuis l’arrivée de Marc Coucke, l’organigramme du club a déjà été modifié à plusieurs reprises, ce qui n’est pas sans conséquence sur les finances. 

Depuis l’arrivée de Kompany, son pouvoir était amoindri. La semaine dernière, en parallèle de l'annonce de l’arrivée de Franky Vercauteren, Frank Arnesen a été prié de faire ses bagages. Un sort réservé à de nombreux autres employés du Sporting ces derniers mois. 

Le Danois, qui percevait 50.000 euros par mois, quitte Anderlecht avec une prime de licenciement de 600.000 euros, après seulement dix mois passés au club. Il devait logiquement y assurer une mission de trois ans. 

Plein écran
Arnesen, Vanhaezebrouck, Devroe, Van Holsbeeck © PN, Belga

Le limogeage de Hein Vanhaezebrouck a coûté 700.000 euros et le départ forcé de Herman Van Holsbeeck est évalué à 1,7 million d’euros, mais ce dossier doit encore être examiné par le CEPANI, le centre belge d’arbitrage et de médiation. Son successeur, Luc Devroe, est lui parti en janvier dernier avec une indemnité de 400.000 euros. 

Depuis l’intronisation de Marc Coucke à la tête du club en décembre 2017, d'autres départs, parfois moins médiatisés, ont été prononcés. Le manager Gunther Van Handenhoven, l’entraîneur Fred Rutten, le chef du scouting Dimitri Mbuyu, les assistants Gino Caen et Arno van Zwam, le médecin Chris Goossens, le physiothérapeute Jochen De Coene et la responsable presse Marie Verbeke ont également été contraints de partir.  Des séparations qui ont un impact négatif sur la trésorerie  du club. 

  1. Lokeren nie toutes les rumeurs: “La faillite n'est pas à l'ordre du jour”

    Lokeren nie toutes les rumeurs: “La faillite n'est pas à l'ordre du jour”

    Le Sporting Lokeren a tenté d'éteindre toutes les rumeurs dans un communiqué de presse vendredi matin. Le club lanterne rouge de la division 1B de football a nié qu'elle allait déposer son bilan et a annoncé qu'elle "donnerait toutes les chances aux pistes existantes qui peuvent sauvegarder l'avenir de Lokeren". Depuis plusieurs semaines, la situation financière de Lokeren est délicate. Fin janvier, une prise de contrôle par le groupe chinois Ke Hua Sports semblait être en bonne voie, mais pour l'instant, aucun accord n'a été trouvé.
  2. Des regrets, mais aussi de l’espoir pour le Club de Bruges

    Des regrets, mais aussi de l’espoir pour le Club de Bruges

    Nouvelle prestation honorable du Club de Bruges en Coupe d’Europe. Après le Real Madrid et le PSG, c’est Manchester United qui a fait connaissance avec les Blauw en Zwart ce jeudi. Très bien rentré dans sa rencontre, le leader du championnat de Belgique clôture pourtant ce seizième de finale aller avec une pointe d’amertume, car le Club a mené et eu les clés de la rencontre en mains, avant l’égalisation anglaise. Mais la qualification reste abordable pour Bruges. Il faudra réaliser l’exploit à Old Trafford dans une semaine et, sur ce qu’ils ont montré dans cette manche aller, les Brugeois en sont tout à fait capables...