Plein écran
© BELGA

Des joueurs du Standard étonnés par la manière de procéder des dirigeants face à la crise

Ce mardi, le Standard a annoncé dans un communiqué mettre 80% de son personnel administratif en chômage temporaire pour force majeure. Une “très large majorité” de joueurs ont par ailleurs accepté de renoncer à une “partie très importante” de leur salaire pour la durée de la période d’inactivité. Mais la manière de procéder du club a été mal vécue par certains éléments de l’effectif. 

Le Standard a annoncé en début de semaine des mesures exceptionnelles pour faire face à la crise actuelle du coronavirus. “Un club complet uni contre le coronavirus. Ce mardi, une proposition a été faite aux joueurs de renoncer à une partie importante de leur salaire tant que la période d’inactivité se poursuit. Une grande partie d’entre eux ont accepté spontanément”, expliquait le communiqué du club.

“Sans match, il n’y a plus d’activité. Sans activité, il n’y a plus de rentrées financières et donc la survie de l’entreprise peut rapidement être mise en péril. Face à ce constat, nous avons dû prendre ces mesures exceptionnelles qui concernent tous les membres du club.”

Concernant les joueurs ayant accepté de faire un geste, un salaire mensuel fixe plafonné leur sera versé par le club puisqu’il ne s’agit pas, dans leur cas, d’un chômage temporaire pour force majeure. Une partie du montant épargné serait versé à la Fondation du Standard de Liège pour financer l’achat de matériel médical en lien étroit avec les hôpitaux de la région liégeoise, a assuré le club.

Une façon de faire qui dérange

Mais la manière de faire des dirigeants liégeois a surpris certains joueurs. “Il y avait un courrier avec deux options”, a déclaré un agent de joueurs à Het Laatste Nieuws. “Chômage technique ou salaire réduit. Sans consultation préalable. Attention: les joueurs sont bien sûr solidaires du secteur de la santé. Et ils veulent faire quelque chose pour aider. Mais en tant que club, vous pouvez faire les choses différemment, n’est-ce pas? Comme à Anderlecht par exemple. Ils ont d’abord informé Vincent Kompany, le capitaine, qui a ensuite consulté les joueurs. Au Standard, ça a été: ‘signez ceci ou cela et vous devez répondre dès que possible’”.

“Il n’y a pas de problème juridique pour le club”, a déclaré Stijn Francis, de l’agence Stirr Associates, qui s’occupe entre autres du défenseur Zinho Vanheusden. “Les dirigeants doivent seulement avoir une autorisation écrite du joueur s’il choisit de réduire son salaire.”