Plein écran
Image VRT

Elio, le douzième Diable rouge

Plein écran
Capture d'écran VRT
Plein écran
© belga
Plein écran
© photo_news
Plein écran
© photo_news
Plein écran
© photo_news

Ne lui demandez pas avec quel attaquant de pointe la Belgique devrait jouer ou quel système de jeu serait le plus efficace. Non, Elio Di Rupo ne s'en cache pas, il n'est pas un fin connaisseur de football, mais cela ne l'empêche pas de surfer sur la vague de l'enthousiasme ambiant autour des Diables rouges. "L'équipe nationale est très, très importante pour notre pays", estime le Premier ministre.

A son arrivée au stade Roi Baudouin, le chef de gouvernement a directement été entouré par une poignée de fervents supporters. Un bain de foule dont la VRT s'est d'ailleurs procuré quelques images. "Cette fois-ci, ce n'était pas prévu, mais le Premier ministre apprécie le contact direct avec les gens. Cela se passe comme ça tous les jours à Mons. Ce fut aussi le cas aux Fêtes de Gand", explique son porte-parole Thomas Mels dans Het Laatste Nieuws. "Il est très accessible, et on peut facilement l'approcher", prolonge-t-il.

Pendant qu'il répondait aux questions de la télé publique néerlandophone, le leader socialiste s'est vu poser une casquette "I am a rockstar" sur le crâne (voir photo ci-dessus). "Il n'y a plus aucun embarras pour approcher le Premier ministre. Tout le monde crie Elio, Elio, Elio", constatait son porte-parole.

Dans les tribunes du Heysel lors du match amical des Pays-Bas, Di Rupo était aussi dans les gradins du Memorial Van Damme vendredi, pour encourager les frères Borlée et Tia Hellebaut notamment. Ce n'est pas le chef du gouvernement qui contestera la maxime "le sport est fédérateur". "Ne cherchez aucune stratégie politique derrière tout cela. Elio n'est ni un supporter fanatique ni un connaisseur. Ce n'est pas son genre d'analyser la rencontre sur le plan tactique", tient à préciser Thomas Mels.

Grand partisan d'une Belgique unie, Elio Di Rupo considère d'ailleurs que le principal accomplissement du gouvernement actuel est d'avoir pu sauver le pays. Plus que quiconque, il est attaché à l'unité du pays. Et voir les Diables se qualifier pour le Mondial 2014 pourrait - Elio en est persuadé - susciter un nouvel élan de patriotisme au sein de notre petit Royaume. Soyez-en sûrs, vous reverrez le Premier ministre dans la tribune officielle contre l'Ecosse le 16 octobre prochain!

Regardez l'accueil réservé à Elio Di Rupo devant le stade Roi Baudouin (vidéo VRT)

  1. Bruges gaspille, l’écart se réduit en tête

    Bruges gaspille, l’écart se réduit en tête

    Un premier coup de mou pour le Club de Bruges? Quatre jours après le partage concédé contre Zulte Waregem, en Coupe de Belgique, les Blauw en Zwart ont perdu des points en championnat. Le Club, qui menait 2-0 à quelques minutes de la pause, semblait pourtant avoir fait le plus dur, mais a laissé Courtrai revenir dans la partie. Sans grandes conséquences au classement: Bruges conserve huit points d’avance sur la Gantoise, mais les hommes de Philippe Clement n’avaient pas l’habitude de gaspiller autant avant la trêve...
  1. Charleroi-Malines rejoué entièrement? Mehdi Bayat et les Zèbres contestent

    Charleroi-Malines rejoué entière­ment? Mehdi Bayat et les Zèbres contestent

    Le Sporting Charleroi a décidé d'aller en appel de la décision de rejouer depuis le début le match contre le FC Malines le 4 février, comme le stipule le règlement. "Ailleurs en Europe, le match reprendrait à la 36e minute sur le score de 1-0. Si notre règlement n'est pas bien fait, il faudra peut-être le modifier", a déclaré dimanche Mehdi Bayat, administrateur délégué de Charleroi et président de l'Union belge, dimanche, à Tubize.
  2. Un miracle à Bruges, Anderlecht peut encore rêver des playoffs 1

    Anderlecht réalise un hold-up monumental au Cercle

    Un mot pour r”sumer la victoire d’Anderlecht au Cercle de Bruges? Hold-up ! Anderlecht est allé chercher, au caractère, mais au terme d’une piteuse prestation, une victoire qui pourrait bien relancer le Sporting dans la course aux playoffs 1. Dominés et menés, les Mauves ont inversé la situation dans le dernier quart d’heure. Rude pour le Cercle, qui dit probablement adieu à ses chances de rester en Pro League et miraculeux pour Anderlecht qui se replace à proximité du top 6...