Plein écran
Sébastien Dewaest et ses partenaires avaient rêvé d’un autre départ en Ligue des Champions. © BELGA

“Faillite collective”, “un coup sur la tête”: les Limbourgeois dépités après Salzbourg

Les champions de Belgique en tite n’oublieront pas si vite leur première en Ligue des Champions. Assommés dès les premières minutes du match, les Limbourgeois ont sombré sur la pelouse du Red Bull Salzbourg. Et il faudra en tirer les leçons pour éviter de vivre les mêmes soirées cauchemardesques contre Liverpool et le Napoli. 

Felice Mazzu: “Un moment difficile”

Felice Mazzu n’avait d’ailleurs pas les mots pour expliquer le désastre. “C’est un moment difficile dans ma carrière d’entraîneur, mais ça fait partie de mon apprentissage”, explique-t-il au micro de RTL Sport. Et si le coach des Limbourgeois aurait aimé “avoir le temps de préparer un autre dispositif”, il acceptera les critiques, mais il espère que ses hommes seront épargnés. “J’espère qu’il n’y aura pas beaucoup de critiques sur l’équipe, parce que, même s’ils ont fait des erreurs, ils se sont battus, mais il peut y en avoir sur moi et j’assumerai.”

Sébastien Dewaest: “A nous de travailler...” 

Le capitaine limbourgeois ne s’attendait pas à une rencontre aussi compliquée, même si, “on savait que c’était une bonne équipe”, martèle-t-il. “Cette rencontre a été à l’image de nos dernières semaines, on a fait trop d’erreurs individuelles et moi y compris”, insiste-t-il. “Quand on donne des goals comme ça, ça devient difficile de courir après le score. En première mi-temps, on a pris un très gros coup sur la tête.”

Et Genk situe maintenant le niveau qu’il va falloir atteindre en Ligue des Champions. “On est tombé contre une équipe qui nous a montré ce que c’était le haut niveau. À nous maintenant de travailler, pour être prêts pour jouer des matchs comme ça parce qu’on le sait, ce sera peut-être encore plus difficile pour nous contre le Napoli et Liverpool. 

Dieumerci Ndongala: “On a été servis”

“On n’était pas prêts”, estime pour sa part Dieumerci Ndongala. “On savait que c’était une très bonne équipe, qui marque beaucoup de goals, mais on n’était pas prêts et on n’a pas fait ce qu’il fallait aujourd’hui”, ajoute le troisième ex-Carolo de l’équipe limbourgeoise. “C’est une faillite collective. On n’a pas été assez bons dans les duels, pas assez conquérants. C’est le haut niveau et on a été servis. On était convaincu qu’on pouvait faire quelque chose, mais le match était plié à la pause.” Et Genk sait maintenant à quoi s’attendre. Il faudra très vite digérer les événements autrichiens car, dans deux semaines, c’est le Napoli de Dries Mertens qui se dressera sur le chemin des hommes de Felice Mazzu.