Plein écran
Hans Vanaken aborde le duel contre le Galatasaray avec sérénité. © AFP

Hans Vanaken serein avant le Gala: “On ne doit pas absolument gagner”

Il ne faut pas avoir fait polytechnique pour comprendre que le match d'ouverture du Groupe A de la Ligue des Champions Club Bruges - Galatasaray, de mercredi soir (18h55) au Stade Jan Breydel, est crucial dans le cadre de la lutte pour la troisième place, que devraient se livrer les deux équipes. Un prix de consolation qui pour rappel, permet de figurer dans le tableau des seizièmes de finale de l'Europa League après la trêve hivernale.

Hans Vanaken, le principal artisan de la qualification pour la phase de poules, avec trois buts inscrits en quatre matches contre le Dinamo Kiev et l'ASK Linz, se charge toutefois de faire un peu baisser la pression. "Bien sûr qu'on aimerait beaucoup gagner ce match", a-t-il en effet déclaré mardi en conférence de presse, à la veille du choc. "Mais ce n'est pas absolument obligatoire. Ce sera d'ailleurs également vrai lors des rencontres suivantes. Il s'agira à chaque fois de voir comment on peut faire mal à l'adversaire, et ne pas se contenter de défendre avec un nul pour objectif. Mercredi aussi, naturellement, même si Galatasaray a beaucoup d'expérience, vu qu'il aligne des joueurs ayant évolué au plus haut niveau..."

Mais Bruges également, acteur dans trois des quatre dernières phases de poules de l'épreuve, a de la bouteille.
Ce que confirme d'ailleurs Vanaken. "Lors de la première campagne, sous Preud'Homme, on était encore des novices", souligne-t-il. "Ce qui aujourd'hui n'est plus le cas. On l'a prouvé la saison passée, mais aussi dans les tours préliminaires. Le groupe se sent prêt...", conclut HVA. 

Les archivistes ne manquent pour leur part pas de faire remarquer que Le Club Bruges a déjà battu le "Gala", en phase de poules de la Ligue des Champions, 3-1, le 23 octobre 2002 dans le Groupe H, après l'avoir tenu en échec (0-0) à l'aller. Aucune équipe belge n'a de plus jamais perdu contre le club turc le plus titré. Enfin Bruges est une forteresse imprenable à domicile. En huit matches, seul le Borussia Dortmund s'est en effet miraculeuseusement imposé 0-1 au Stade Jan Breydel, il y a tout juste un an. 

Galatasaray n'a de surcroît plus gagné en déplacement depuis le 12 mars 2013: 2-3 à Schalke. Il a depuis encaissé quatorze défaites, pour seulement trois matchs nuls. Le partage à Benfica, 0-0, la saison dernière, brisait une série de sept revers consécutifs. Il n'avait alors remporté qu'un seul match, 3-0 contre le Lokomotiv Moscou, son unique victores en quinze rencontres, dont neuf perdues, ni marqué le moindre but en déplacement, dans le Goupe D...