Plein écran
© Photo News

L'UEFA ne veut pas commenter la décision de la CBAS sur le maintien de Malines en D1A

FOOTGATEAu lendemain de la décision de la Cour Belge d'Arbitrage pour le Sport (CBAS) de laisser le FC Malines évoluer en D1A, la question concerne maintenant la participation des Malinois, vainqueurs de la Coupe de Belgique, à la prochaine Europa League. Contactée par Belga, l'UEFA ne veut pas commenter davantage l'affaire, mais est mesure de dire qu'une décision "suivra sous peu".

Le temps presse pour l'UEFA, car le match aller du deuxième tour préliminaire de l'Europa League entre les Roumains de Viitorul Constanta et une équipe belge, à savoir l'Antwerp ou éventuellement La Gantoise, est programmé dans deux semaines.

"Nous ne voulons pas commenter la décision de la CBAS dans l'affaire qui concerne Malines", a indiqué un porte-parole de l'instance européenne du football. "C'est vrai que le match contre Viitorul Constanta arrive bientôt et donc vous attendez rapidement une réponse de notre part. L'UEFA n'a pas l'habitude de faire traîner une affaire. Est-ce que la décision sera prise aujourd'hui? Nous ne le savons pas encore."
Le club belge engagé contre le Viitorul Constanta dépend de la participation ou non de Malines à la phase de groupes de l'Europa League. Si l'UEFA accorde son ticket à Malines, l'Antwerp jouera contre les Roumains. Si l'UEFA exclut Malines, La Gantoise pourrait hériter de cette place. 

Lors de la présentation du calendrier de la Jupiler Pro League, Pierre François, CEO de la Pro League, avait indiqué que l'UEFA veut prendre une décision pour le 11 juillet. François avait également précisé que des sanctions étaient possibles et qu'il n'était pas inconcevable que l'UEFA prenne le ticket de Malines sans le réattribuer à une autre équipe belge.

Un nouveau règlement “dans sa phase finale”

L’Union belge de football travaille à l’élaboration d’un nouveau règlement et le groupe de travail, placé sous la direction du professeur Frank Hendrickx de la KU Louvain, espère pouvoir accoucher d’un texte pour cet été. “Les travaux sont dans leur phase finale”, a confié ce spécialiste du droit sportif à l’Agence Belga jeudi. “Ces modifications aux règlements n’ont pas d’influence sur les dossiers en cours, ce que nous faisons, c’est pour plus tard”.

Peter Bossaert, CEO de l’Union belge, conscient du problème depuis un moment, a fait du règlement, jugé obsolète, l’une de ses priorités. Le groupe de travail a été mis sur pied en novembre 2018 et a pour mission notamment de moderniser les procédures disciplinaires. Les travaux devaient être terminés en mai, mais ne le sont toujours pas deux mois plus tard.

“Nous avions toujours dit que notre travail s’achèverait pour l’été 2019", se défend Frank Hendrickx. “Les travaux et le nouveau règlement doivent encore être approuvés par les instances adéquates de l’Union belge. Et il restera aussi la mise en application, ce qui est, au jour d’aujourd’hui, plus important que jamais.”

Ces nouvelles dispositions pourraient être mises à l’essai seulement pour la prochaine saison et être effectives pour la saison 2020-2021. “Ce que nous faisons, c’est pour le futur. Il est important de comprendre que ce nouveau règlement n’a pas d’effets rétroactifs et n’aura aucune influence sur les dossiers en cours”, a insisté Frank Hendrickx. “En outre, nous attendons les derniers développements dans les affaires actuelles, des éléments peuvent entrer en ligne de compte pour notre travail.”