Plein écran
Michael Verschueren et Marc Coucke. © Photo News

La dette alarmante d’Anderlecht

Anderlecht a dévoilé son bilan financier au Moniteur Belge dans la nuit de vendredi à samedi. Avec une perte de 27 millions d’euros par rapport à la saison 2018-2019, les résultats financiers du Sporting sont (très) inquiétants. La dette du club de Marc Coucke s’élève désormais à 95 millions d’euros. 

Jamais le club anderlechtois n’avait été dans une telle situation financière. La dette d’Anderlecht est passée de 83,3 à 94,9 millions d’euros en un an, soit une perte de 27 millions d’euros. 

Mais quelles sont les raisons de cette dette record? Tout d’abord, la non-participation à la Ligue des champions. Les Mauves ont joué l’Europa League la saison dernière et la différence de revenus avec le C1 s’élève à presque à 15 millions d’euros.

Les nombreuses mises à pied d’entraîneurs au cours des dernières années constituent la deuxième grande perte. Lors des deux dernières saisons, Anderlecht a vu passer pas moins de quatre (!) entraîneurs principaux: René Weiler (licenciement septembre 2017, indemnité de 400.000 euros selon le club), Hein Vanhaezebrouck (licenciement décembre 2018, indemnité de 700.000 euros), Fred Rutten (licenciement avril 2019, indemnité de licenciement non connue) et Karim Belhocine qui a terminé la saison 2018/2019. Simon Davies, T1 en début de saison, est lui toujours au club malgré l’arrivée de Frankie Vercauteren.

Un noyau de joueurs important

Mais la part principale de ces chiffres catastrophiques vient du noyau de joueurs beaucoup trop important. Au début de la saison dernière, le duo Coucke-Devroe a attiré pas moins de 12 nouveaux joueurs: Sanneh, Vranjes, Santini, Didillon, Makarenko, Bakkali, Adzic, Abazaj, Dimata, Lawrence, Milic et Musona. Lors du mercato d’hiver 2018/2019, Zulj a été également été recruté par les Mauves. Sur ces treize joueurs, seul ce dernier peut compter sur du temps de jeu cette saison. 

Certains de ces joueurs ont été remplacés avec les arrivées de Kompany, Nasri, Chadli, Sandler ou encore Vlap. Avec 45 millions d’euros de masse salariale et aucune compétition européenne, Anderlecht risque d’enregistrer un nouveau déficit record la saison prochaine. 

Malgré une hausse du capital de 27 millions d’euros et un investissement personnel de Marc Coucke de 22 millions d’euros l’année dernière, les problèmes persistent toujours et le club reste dans le rouge vif. 

  1. Charleroi conserve son brevet d’invincibilité, mais perd de précieuses plumes

    Charleroi conserve son brevet d’invincibilité, mais perd de précieuses plumes

    L’année 2020 aurait pu mieux débuter pour le Sporting de Charleroi. Les Zèbres prolongent leur série (12 rencontres sans défaite en championnat), mais perdent deux unités contre des Pandas coriaces, samedi soir, au Kehrweg. Conséquences: Charleroi risque de céder son fauteuil de dauphin de Bruges, mais manque surtout une occasion d’engranger des unités avant un calendrier particulièrement chargé: Bruges, la Gantoise, le Standard et l’Antwerp seront, notamment, au menu du Sporting avant la fin de la phase classique.