Plein écran
Le directeur général, Mehdi Bayat, et le président du Sporting Charleroi, Fabien Debecq, peuvent avoir le sourire. © Photo News

Le bilan comptable du Sporting Charleroi pris sous la loupe

Les bilans comptables des sociétés anonymes sont déposés chaque année auprès de la Banque Nationale Belge (BNB). C’est le cas de celui du Sporting Charleroi. Si les résultats sportifs sont au vert, les résultats financiers du club sambrien sont à l’avenant.

Le Sporting Charleroi a fait un bénéfice net de 3.488.383 euros au 30 juin 2019 malgré sa non-participation aux Play-Offs 1. C’est ce qui ressort principalement de son bilan comptable. L’évolution est clairement positive puisqu’au 30 juin 2018, le bénéfice était de 2.769.722 euros et au 30 juin 2017, de 1.431.551 euros. La vente de joueurs en est sa cause majeure. 

Le prochain bilan devrait être encore plus favorable puisque Victor Osimhen a été vendu au mois d’août 2019 à Lille pour un montant de 12 millions d’euros hors bonus. Une somme record. Qui plus est, les Zèbres sont bien partis pour terminer dans le Top 6 à l’issue de la phase régulière en Jupiler Pro League. Ce qui augure de recettes supplémentaires.

Les fonds propres du club ont suivi la même courbe ascendante. Le 30 juin 2013, ils étaient négatifs à concurrence de 3.753.925 euros. Au 30 juin 2019, ils étaient positifs de 9.915.353 euros. Concrètement, cela correspond à l’argent qui a été injecté dans le club par les dirigeants pour effectuer des financements ou participer au désendettement.

 Investissements

Le Sporting carolo a profité de cette bonne santé financière pour investir massivement dans ses actifs immobilisés. Pour la saison 2018-2019, ils sont évalués à 10.294.231 euros tandis que lors de l’exercice précédant, ils n’étaient que de 5.197.065 euros. Bref, ils ont doublé en un an.

Les actifs immobilisés représentent ce que le club possède de manière durable. On peut penser aux terrains, aux installations, au fonds de commerce... D’ailleurs, le Matricule 22 explique lui-même avoir fait un effort conséquent pour son École des Jeunes.

Salaires

Autre évolution importante: celle de la masse salariale. Les rémunérations et charges sociales passent de 10.684.811 euros au 30 juin 2018 à 14.176.991 euros au 30 juin 2019. Cela signifie que les joueurs gagnent de mieux en mieux leur vie même si ces chiffres regroupent l’ensemble des employés du Sporting Charleroi et pas uniquement celui des joueurs du noyau A.

Par contre, les rétributions des propriétaires du club, Mehdi Bayat et Fabien Debecq, ne sont pas indiquées précisément. Il est peu probable que leurs émoluments soient compris dans le bilan social puisque le niveau d’études du personnel ne dépasse pas le niveau secondaire. Or, Mehdi Bayat est diplômé de l'École de Commerce de Nice (HEC).

Impôts

Pour le reste, Charleroi a payé 1.690.774 euros d’impôts. Les gestionnaires ont enlevé 850.000 euros de leur bénéfice net pour les déposer en réserves immunisées. 132.000 euros ont également été placés en réserves légales. Les réserves légales correspondent au fonds de réserve. Ces montants ne sont évidemment pas sujets à l’imposition. Seule exception possible: dans le cas où les réserves immunisées sont destinées aux actionnaires.

  1. Gnabry et Lewandowski ont encore frappé, le Bayern a un pied en quarts de finale
    Play

    Gnabry et Lewandow­ski ont encore frappé, le Bayern a un pied en quarts de finale

    Éliminé par Liverpool en huitièmes de finale de la Ligue des Champions l’an dernier, le Bayern Munich a passé ses nerfs sur Chelsea, mardi soir, en huitième de finale aller de la C1 2019-2020. Avec le duo Gnabry-Lewandowski à la baguette, les Bavarois ont fait la différence sur la pelouse des Blues. À confirmer au retour, mais la route des quarts semble déjà bien dégagée pour les leader de la Bundesliga...