Plein écran
© Photo News

Le FC Malines donne 100.000 euros aux soins de santé grâce aux salaires de ses employés

La direction du FC Malines a demandé à ses joueurs, à l'instar de ce que le staff technique fait déjà, de renoncer à une partie de leur salaire. Le KV pourra ainsi limiter ses pertes et verser une contribution de 100.025 euros au secteur des soins de santé de Malines et ses alentours dans la lutte contre le coronavirus.

"Les staffs général, médical et sportif contribuent déjà à 50% de leur salaire", a déclaré Franck Lagast, le directeur général du KV. "Le comité de direction et le conseil d'administration travaillent comme auparavant sans rémunération. Ce week-end, les joueurs discuteront de leur contribution.”

Un geste qui devrait permettre au club de récolter 100.025 euros qui seront distribués au secteur des soins de santé dans la région malinoise. "Quand tout sera derrière nous et que le public pourra à nouveau venir à l'AFAS Stadion, nous inviterons le personnel des hôpitaux et des maisons de repos de Malines. Avec ce montant, nous voulons les soutenir durant cette crise liée au coronavirus.”

Alors que le Standard ou encore Zulte Waregem ont décidé d'appliquer le système du chômage temporaire, Malines n'a pas opté pour cette solution. En demandant un geste financier à ses joueurs, le club peut ainsi limiter les conséquences financières. "L'arrêt de la compétition est une énorme perte de revenus pour le club. Nous ne payons qu'un montant limité de cotisations sociales pour les joueurs, il est donc logique que nous ne faisions pas appel au chômage temporaire.”

Le club malinois ajoute cependant qu'il a instauré ce système pour ses employés. "Pour certains employés, il n'y a pas ou presque pas de travail. Nous ne pouvions donc pas faire autrement", a précisé Franck Lagast.

Sixième de D1A et actuellement qualifié pour les Playoffs 1, Malines devra patienter au moins jusqu'au 1er mai avant de retrouver la compétition. "Nous espérons de tout coeur pouvoir rejouer rapidement. Mais les analyses des spécialistes de la santé nous disent que nous devrons faire encore un petit temps avec du football avec du public. La santé passe avant le football", a conclu Franck Lagast.