Plein écran
© BELGA

Licenciement de Mazzu: les explications du président de Genk

Invité du Grand Débrief, le talk de Proximus 11 et de la Dernière Heure, Peter Croonen a avancé les raisons qui l’ont poussé à remercier Felice Mazzu. Il assure que la direction limbourgeoise et le groupe de joueurs n’avaient plus le sentiment que le staff pouvait améliorer la situation du club. “C’est malheureux pour Felice, c’est quelqu’un de très bien”. 

Chronique d’un échec (un peu) annoncé. Reprendre les rênes d’une équipe championne qui a laissé filer ses cadres à l’intersaison et succéder à Philippe Clément, le défi était de taille pour Felice Mazzu. L'aventure dans le Limbourg aura duré un peu plus de cinq mois. Des prestations encourageantes en C1 face à Liverpool et Naples n’ont pas suffi pour sauver la tête du Carolo. La faute notamment à une entame laborieuse en championnat (NDLR. Genk ne comptabilise que 21 points après 16 journées).

“À court terme, l’entraîneur est la personne la plus importante dans un club. Il n’y a pas de gris dans ce genre de situation. C’est blanc ou noir. Quand le blanc n’est plus la couleur dominante, il faut faire un choix”, justifie Peter Croonen, appelé à commenter la fin de la collaboration dans le Grand Débrief. 

Plein écran
© Photo News

“Pas de problème linguistique”

“C’est un choix malheureux pour Felice, pour moi également. C’est quelqu’un de très bien. Mais on n’entretenait plus la conviction que la situation allait s’améliorer. Les résultats ont influencé la décision, mais c’est un ensemble d’observations qui nous a poussé à opérer ce choix.”

Une décision prise à l’unanimité, commente celui qui porte aussi la casquette de président de la Pro League. “Je pense que  le groupe était encore derrière lui, mais les joueurs n’avaient plus le sentiment que le staff allait changer les choses. Ce n’était pas encore manifeste sur le terrain, mais le constat était réel.” 

Peter Croonen assure que le licenciement n’est pas lié à un problème linguistique. “L’anglais est la langue la plus importante dans le foot. Felice parle anglais, même si ce n’est pas sa première qualité. Cela fonctionne mieux pour lui quand il peut s’exprimer en français.”

  1. Carton plein pour la Gantoise
    Europa League

    Carton plein pour la Gantoise

    Déjà qualifiés, les Gantois ont joué avec leur bonheur, mais accompli leur mission. Contre Oleksandriia, une victoire suffisait à Gand pour valider sa première place et espérer un tirage au sort plus favorable pour la suite de la compétition. Les Buffalos ont tranquillement dominé la rencontre pendant une mi-temps, avant de se faire peur après le repos. Mais ça ne porte pas à conséquence. La Gantoise termine cette phase de poules invaincue et évitera quelques gros morceaux au tour suivant.