Plein écran
© BELGA

Nasri dézingué par un ex-coéquipier: “J'espère qu'il sera différent avec les jeunes d'Anderlecht”

À 32 ans, Samir Nasri s’est lancé dans un nouveau défi. Heureux de découvrir un nouveau championnat et de retrouver son ami Vincent Kompany, le joueur expérimenté n’a pas eu encore l’occasion de briller avec les Mauves. Ce mercredi, le Français s’est fait descendre par un ex-coéquipier à Arsenal. “Il n’a pas pris ses responsabilités pour aider les jeunes joueurs. J’espère vraiment que cela sera différent à Anderlecht”, a déclaré Emmanuel Frimpong sur le média The Athletic.

Lors de l’été 2011 et pendant seulement deux mois, Emmanuel Frimpong et Samir Nasri ont foulé les pelouses sous la même tunique. Mais le Ghanéen garde un très mauvais souvenir du Français. “J’ai toujours montré du respect pour les joueurs plus âgés. Demandez à Aaron Ramsey ou à Jack Wilshere, je n’ai jamais traité quelqu’un sans respect. Mais je n’aime vraiment pas Nasri. Même s’il me donnait cinq milliards de dollars, je ne pourrai toujours pas le supporter.”

L’animosité entre les deux joueurs est née lors d'une rencontre entre Liverpool et Arsenal en août 2011. Alors que Frimpong se prend un carton rouge, Nasri l’accuse d’être responsable de la défaite des Gunners: “Personne n’avait besoin de me dire que ce que j’avais fait était stupide. J’étais un footballeur professionnel. Je le savais moi-même. Après le match, tout le monde était silencieux dans le vestiaire. Arsène Wenger était déçu, mais il n’a rien dit. Soudain, Nasri s’est levé et a dit à tout le monde que c’était ma faute si nous avions perdu.”

“C’était un vrai tyran”

Mais la brouille entre les deux footballeurs ne s’arrête pas là. Au moment où Nasri signe à Manchester City, Frimpong se lâche: “Les accusations ont circulé. Mais maintenant qu’il était parti, je pouvais enfin lui dire ce que je pensais. Alors je lui ai dit franchement que je ne le respecterai jamais en tant que footballeur professionnel.”

Plusieurs mois plus tard, lors de l’affrontement entre Arsenal et City, les deux joueurs se retrouvent. Mais plus sous le même maillot. “Pendant ce match, il n’arrêtait pas de me dire qu’il pouvait m’acheter. Ça montre à quel point il est stupide. Il avait probablement des millions mais à quel point est-ce irrespectueux? C’était un vrai tyran. Il n’a pas pris ses responsabilités pour aider les jeunes joueurs. Je viens d’apprendre qu’il joue toujours, à Anderlecht. J’espère vraiment qu’il a changé en tant que personne et qu’il traite les gens différemment. Parce que ce dont je me souviens du passé...”, conclu-t-il. 

  1. Mauvaise opération pour l’Inter et Lukaku, service minimum pour Denayer et l’OL

    Mauvaise opération pour l’Inter et Lukaku, service minimum pour Denayer et l’OL

    Soirée mouvementée pour l’Inter de Romelu Lukaku en Ligue des Champions. Reversés dans un groupe particulièrement corsé avec Dortmund et le Barça, l’Inter ne pouvait pas manquer son premier rendez-vous européen de la saison, contre le Slavia Prague, à domicile. Mais, incapables de faire la différence, les Interistes se sont fait surprendre en contre par un certain Peter Olayinka, ancien joueur de Zulte Waregem. Les Nerazzurri ont assuré le minimum en égalisant dans les arrêts de jeu, mais c’est loin de suffire à leur bonheur avant un déplacement périlleux à Barcelone, dans deux semaines. Partage également pour Jason Denayer. Pourtant mené à la pause, l’Olympique Lyonnais est revenu au score dès le retour des vestiaires contre le Zenit Saint-Petersbourg pour arracher la premier point de sa campagne européenne (1-1).
  2. Hans Vanaken serein avant le Gala: “On ne doit pas absolument gagner”

    Hans Vanaken serein avant le Gala: “On ne doit pas absolument gagner”

    Il ne faut pas avoir fait polytechnique pour comprendre que le match d'ouverture du Groupe A de la Ligue des Champions Club Bruges - Galatasaray, de mercredi soir (18h55) au Stade Jan Breydel, est crucial dans le cadre de la lutte pour la troisième place, que devraient se livrer les deux équipes. Un prix de consolation qui pour rappel, permet de figurer dans le tableau des seizièmes de finale de l'Europa League après la trêve hivernale.
  3. “On a déjà atteint notre objectif, mais on reste ambitieux...”

    “On a déjà atteint notre objectif, mais on reste ambitieux...”

    C'est une tradition belge qu'on peut trouver regrettable, mais elle a la vie dure. L'entraîneur du Club Bruges Philippe Clement ne s'en est pas caché à la veille de la première journée du Groupe A de la Ligue des champions de football, il vise la troisième place, qui permet de passer l'hiver et de poursuivre la campagne en Europa League. Il va de soi que dans cette optique, le match de mercredi soir (18h55) au Jan Breydel contre Galatasaray, est dans doute le plus important de la série.