Plein écran
© BELGA

Nasri dézingué par un ex-coéquipier: “J'espère qu'il sera différent avec les jeunes d'Anderlecht”

À 32 ans, Samir Nasri s’est lancé dans un nouveau défi. Heureux de découvrir un nouveau championnat et de retrouver son ami Vincent Kompany, le joueur expérimenté n’a pas eu encore l’occasion de briller avec les Mauves. Ce mercredi, le Français s’est fait descendre par un ex-coéquipier à Arsenal. “Il n’a pas pris ses responsabilités pour aider les jeunes joueurs. J’espère vraiment que cela sera différent à Anderlecht”, a déclaré Emmanuel Frimpong sur le média The Athletic.

Lors de l’été 2011 et pendant seulement deux mois, Emmanuel Frimpong et Samir Nasri ont foulé les pelouses sous la même tunique. Mais le Ghanéen garde un très mauvais souvenir du Français. “J’ai toujours montré du respect pour les joueurs plus âgés. Demandez à Aaron Ramsey ou à Jack Wilshere, je n’ai jamais traité quelqu’un sans respect. Mais je n’aime vraiment pas Nasri. Même s’il me donnait cinq milliards de dollars, je ne pourrai toujours pas le supporter.”

L’animosité entre les deux joueurs est née lors d'une rencontre entre Liverpool et Arsenal en août 2011. Alors que Frimpong se prend un carton rouge, Nasri l’accuse d’être responsable de la défaite des Gunners: “Personne n’avait besoin de me dire que ce que j’avais fait était stupide. J’étais un footballeur professionnel. Je le savais moi-même. Après le match, tout le monde était silencieux dans le vestiaire. Arsène Wenger était déçu, mais il n’a rien dit. Soudain, Nasri s’est levé et a dit à tout le monde que c’était ma faute si nous avions perdu.”

“C’était un vrai tyran”

Mais la brouille entre les deux footballeurs ne s’arrête pas là. Au moment où Nasri signe à Manchester City, Frimpong se lâche: “Les accusations ont circulé. Mais maintenant qu’il était parti, je pouvais enfin lui dire ce que je pensais. Alors je lui ai dit franchement que je ne le respecterai jamais en tant que footballeur professionnel.”

Plusieurs mois plus tard, lors de l’affrontement entre Arsenal et City, les deux joueurs se retrouvent. Mais plus sous le même maillot. “Pendant ce match, il n’arrêtait pas de me dire qu’il pouvait m’acheter. Ça montre à quel point il est stupide. Il avait probablement des millions mais à quel point est-ce irrespectueux? C’était un vrai tyran. Il n’a pas pris ses responsabilités pour aider les jeunes joueurs. Je viens d’apprendre qu’il joue toujours, à Anderlecht. J’espère vraiment qu’il a changé en tant que personne et qu’il traite les gens différemment. Parce que ce dont je me souviens du passé...”, conclu-t-il. 

  1. Lokeren nie toutes les rumeurs: “La faillite n'est pas à l'ordre du jour”

    Lokeren nie toutes les rumeurs: “La faillite n'est pas à l'ordre du jour”

    Le Sporting Lokeren a tenté d'éteindre toutes les rumeurs dans un communiqué de presse vendredi matin. Le club lanterne rouge de la division 1B de football a nié qu'elle allait déposer son bilan et a annoncé qu'elle "donnerait toutes les chances aux pistes existantes qui peuvent sauvegarder l'avenir de Lokeren". Depuis plusieurs semaines, la situation financière de Lokeren est délicate. Fin janvier, une prise de contrôle par le groupe chinois Ke Hua Sports semblait être en bonne voie, mais pour l'instant, aucun accord n'a été trouvé.
  2. Des regrets, mais aussi de l’espoir pour le Club de Bruges

    Des regrets, mais aussi de l’espoir pour le Club de Bruges

    Nouvelle prestation honorable du Club de Bruges en Coupe d’Europe. Après le Real Madrid et le PSG, c’est Manchester United qui a fait connaissance avec les Blauw en Zwart ce jeudi. Très bien rentré dans sa rencontre, le leader du championnat de Belgique clôture pourtant ce seizième de finale aller avec une pointe d’amertume, car le Club a mené et eu les clés de la rencontre en mains, avant l’égalisation anglaise. Mais la qualification reste abordable pour Bruges. Il faudra réaliser l’exploit à Old Trafford dans une semaine et, sur ce qu’ils ont montré dans cette manche aller, les Brugeois en sont tout à fait capables...