Philippe Clement quitte Genk avec ses affaires: “Une réorganisation des bureaux”

Comme annoncé, Philippe Clement a rencontré les dirigeants du Racing Genk mardi. L’entraîneur du nouveau champion de Belgique est arrivé vers 12h30 à la Luminus Arena avant de quitter les lieux vers 17h30. Des discussions sont prévues mercredi avec le Club de Bruges, jeudi avec un club étranger. Certains le voient déjà de retour chez les Blauw en Zwart. On sera fixé d’ici la fin de la semaine.

Plein écran
Philippe Clement a rencontré les dirigeants de Genk mardi. © vtm

Etaient présents lors des entretiens: le président Peter Croonen, le directeur général Erik Gerits, le directeur technique Dimitri de Condé, Philippe Clement et son agent Evert Maesschalck. Au menu des discussions: l’avenir sportif du club, à savoir la composition du nouveau noyau, les budgets pour les transferts entrants, les départs. L’aspect financier n’a pas été tellement abordé. La proposition qui avait été mise sur la table par le club limbourgeois n’a pas changé. Philippe Clement l’a encore répété lundi sur le plateau d’Extra Time sur la VRT, c’est surtout le projet sportif qui compte.

Après trois heurs de discussions, le coach du Racing Genk a quitté la Luminus Arena, en emportant quelques affaires. Aurait-t-il déjà vidé son casier? “Non, c’est en raison d’une réorganisation des bureaux”, a-t-il glissé pour éviter les éventuelles spéculations. Son assistant Johan Van Rumst, qui a également été reçu, a lié son sort à celui de son T1. 

Priorité de Bart Verhaeghe

Le club limbourgeois attend une réponse définitive de la part de son coach pour la fin de la semaine. Ce mercredi, Philippe Clement rencontrera Bart Verhaeghe, président du Club de Bruges, qui a fait de l’ancien assistant de Michel Preud’homme sa priorité pour remplacer Ivan Leko. Selon Het Laatste Nieuws, le coach de Genk aurait pris la décision de signer à Bruges, même si lui affirme ne pas encore avoir tranché. Jeudi, des discussions sont également prévues avec un club étranger.

A Bruges, les dirigeants ont bon espoir de convaincre Clement de signer. Il pourrait y former un duo avec son ancien coéquipier Gert Verheyen, qui reviendra au Jan Breydelstadion en tant qu’assistant après son passage à Ostende.

  1. Le Standard n’a jamais dû forcer son talent

    Le Standard n’a jamais dû forcer son talent

    Sans Carcela, Mpoku et Emond au coup d’envoi, le Standard s’est imposé avec une facilité déconcertante face à une équipe d’Eupen absolument indigente offensivement (3-0, Laifis, Boljevic x2). Le pire, c’est que les Rouches n’ont même pas eu besoin de sortir le grand jeu pour l’emporter. Tout était beaucoup trop facile cet après-midi pour les hommes de Michel Preud’homme, qui confortent par la même occasion leur première place au classement. Quant aux Pandas, toujours à la recherche de leur première victoire, cela devient tout doucement préoccupant.
  2. Anderlecht sera-t-il un oiseau pour le chat brugeois?

    Anderlecht sera-t-il un oiseau pour le chat brugeois?

    Auteur de l’un des pires débuts de saisons de son histoire (5 sur 21), Anderlecht se déplace au Club de Bruges dans un contexte qui n’incite pas à l’optimisme. Alors que Vincent Kompany cherche toujours la bonne formule, il pourrait bien repêcher Trebel, snobé systématiquement jusqu’ici. Invaincus depuis le début de saison, les Blauw en Zwart auront la possibilité de reléguer les Mauves… à quinze points en cas de victoire, un gouffre après huit matchs. Si pour de nombreux observateurs, le Club de Bruges est devenu la nouvelle référence du football belge, le Sporting a la ferme intention de venir jouer les trouble-fête. En a-t-il réellement les moyens? Voici l’avis de nos rédacteurs.