Plein écran
© BELGA

Polémique autour de Bruges-Charleroi: “La non-intervention du VAR était correcte”

Selon le rapport du Département de l'arbitrage de la Fédération belge de football (RBFA), une faute d'Emmanuel Dennis aurait dû être sifflée sur Dorian Dessoleil au départ de l'action qui amène le but brugeois, le seul de la rencontre. Par contre, une nouvelle action ayant démarré ensuite, l'arbitre vidéo (VAR) ne pouvait pas intervenir.

L'action a eu lieu après moins d'une minute de jeu. Emmanuel Dennis (Club Bruges) pousse son adversaire Dorian Dessoleil (Royal Charleroi Sporting Club) dans un duel aérien près de la ligne de touche. L'action se poursuit avec un tir brugeois contré par un défenseur de Charleroi. Une nouvelle phase commence alors et mène au but de Balanta. 

“La non-intervention du VAR est correcte”

Selon le département de l'arbitrage de la RBFA, l'arbitre aurait dû sanctionner la faute de Dennis. Mais lorsque le Club Bruges récupère le ballon, "celui-ci a été remis en retrait pour lancer une 'nouvelle' phase offensive", explique le département de l'arbitrage. "Le protocole du VAR ne permet pas au VAR d'intervenir à la suite d'une 'faute non sifflée qui résulte en un but', si celle-ci ne fait plus partie de la 'phase offensive' ayant directement amené le but. Vu que le ballon disputé par un joueur de Charleroi est joué jusqu'en dehors de la surface de réparation et est en plus remis en retrait par un joueur de Club Brugge, nous ne parlons plus d'une phase ayant directement amené un but.” Le Département de l'arbitrage "s'attendait à un coup franc en raison d'une poussée d'Emmanuel Dennis, mais la non-intervention du VAR était correcte.” 

Une autre phase litigieuse est survenue à la 57e minute lorsqu'un contact est survenu dans la surface de Bruges entre Mamadou Fall (Charleroi) et Simon Deli (Bruges). "Fall 'sent' le contact et tombe. Vu qu'il n'y a pas de faute clairement commise par Deli, l'arbitre n'interrompt pas le jeu", explique le Département de l'arbitrage. "L'arbitre a pris la bonne décision de ne pas accorder de penalty. Le Refereeing Department ne s'attendait pas à une intervention du VAR.”

Une faute du VAR lors de Courtrai-Genk

Le Département de l'arbitrage a également pointé le penalty réclamé par Courtrai contre Genk, dans le match remporté par les Limbourgeois 0-1, suite à un contact entre le défenseur de Genk Eboue Kouassi et l'attaquant de Courtrai Ilombe Mboyo. 

"Kouassi (Genk) a tenté de jouer le ballon, mais il était en retard et a touché la jambe gauche d'Mboyo. L'arbitre a décidé de ne pas interrompre le jeu et le VAR a suivi l'arbitre dans sa décision. Le Refereeing Department s'attendait à ce qu'un penalty soit accordé et à ce que le VAR intervienne.” Enfin, le Département de l'arbitrage juge correcte la décision de l'arbitre d'Anderlecht-Eupen (6-1) d'exclure Jordi Amat pour sa faute sur Dejan Joveljic.