Plein écran
La joie des joueurs de Genk © BELGA

Pourquoi Genk fait un super champion de Belgique

Au terme d’une superbe saison, Genk a remporté le quatrième titre de champion de Belgique de son Histoire. Une récompense méritée pour un noyau talentueux et pour un entraîneur épatant.

• Car Genk a été régulier

Dès les premières journées de la phase régulière, Genk a trusté les premières places du championnat. À tel point que les spécialistes se demandaient si la belle forme des Limbourgeois arrivait trop tôt dans la saison. Mais il n’en était rien, Genk a poursuivi sur sa lancée de semaines en semaines. Seulement un petit coup de mou début 2019 est à mettre à l’actif des hommes de Philippe Clément suite à l’affaire Pozuelo, mais insuffisant pour perdre leur fauteuil de leader.

Genk a terminé la phase régulière avec sept points d’avance, transformés en quatre au début des playoffs. Puis les coéquipiers de Trossard ont tranquillement maîtrisé leur avance jusqu’au bout, sans jamais paniquer et avec une sérénité folle.

Plein écran
© BELGA

• Car le noyau de Genk est talentueux

La liste des joueurs talentueux à Genk est longue. Plusieurs joueurs ont complètement explosé cette saison. Samatta a pris une autre dimension en devenant le meilleur buteur du championnat, Maehle s’est imposé comme l’un des meilleurs arrières droits de Belgique, Berge a rayonné au milieu de terrain, et les performances de Trossard, surtout en début de saison, ont grandement aidé son équipe.

Le tout accompagné de valeurs sûres, comme Dewaest, Malinovskyi, Pozuelo en début de saison, ou encore Ndongala. Bref, un noyau parfaitement équilibré entre jeunes talents et joueurs plus expérimentés. Reste à savoir qui dans ce beau petit monde cèdera aux sirènes de l’étranger. Car des convoitises, il y en aura…

Plein écran
© BELGA

• Car aucun concurrent n’a été à sa hauteur

Genk a été étincelant, mais il ne faut pas oublier qu’en juillet, les hommes de Philippe Clément étaient loin d’être les favoris. Tenant du titre, Bruges n’est pas parvenu à remettre le couvert. À la lutte pour le titre presque jusqu’au bout, le Club a été nettement moins souverain que la saison dernière. Plus de points lâchés bêtement, moins de maîtrise dans le jeu, et Genk en a profité.

Le Standard n’a également pas eu la régularité pour espérer mieux que la troisième place (les Rouches peuvent encore terminer quatrièmes). De grandes performances face aux gros, mais des difficultés à l’extérieur trop importantes pour aspirer au titre. Et que dire d’Anderlecht, dont la saison a été très décevante. Les Mauves peuvent encore terminer sixièmes et donc ne pas se qualifier pour la Ligue Europa la saison prochaine.

Plein écran
© Photo News

• Car Genk a finalement bien digéré l’épisode Pozuelo

Alejandro Pozuelo a éclaboussé la première partie de saison de son talent. Des passes décisives lumineuses, une omniprésence dans le jeu de son équipe qui faisait rayonner les siens. Oui mais voilà, l’Espagnol est parti au bras de fer en janvier pour partir à Toronto. Le club limbourgeois a d’abord été contre, avant d’être forcé de céder à la demande de son milieu offensif au terme d’un long feuilleton.

Cet épisode a d’abord eu un léger impact sur les résultats de Genk. L’élimination décevante en Ligue Europa est survenue à ce moment, tout comme une série de cinq matchs sans victoire, fait rare dans l’impressionnante saison des nouveaux champions. Mais une fois le transfert de Pozuelo officialisé, le noyau s’est ressoudé et Genk a retrouvé son efficacité et sa maîtrise.

Plein écran
© BELGA

• Car Philippe Clément a été le cerveau de cette équipe

“Je me suis parfois surpris cette saison et c’est en partie grâce au coach. Il s’est toujours soucié de savoir si je me sentais bien à ma position, si je jouais avec confiance. Sa part dans le titre est très grande, c’est le cerveau de ce sacre”. Ces propos sont ceux de Joakim Maehle après la rencontre face à Anderlecht jeudi soir. Cela en dit long sur l’importance de Philippe Clément dans ce titre.

Le technicien a géré d’une main de maître son talentueux noyau. Sa rotation a permis de concerner tout le monde, les jeunes étaient décomplexés sur le terrain. Chacun jouait son rôle et savait ce qu’il avait à accomplir. On peut le dire, Philippe Clément a tiré le maximum de ses joueurs. Et c’est la définition d’un bon coach. Une telle saison va forcément faire des envieux. Le coach sera-t-il encore à Genk la saison prochaine pour diriger ses joueurs en Ligue des Champions?

Plein écran
© BELGA

• Car Genk a été présent dans les gros matchs

Un 10 sur 12 contre Anderlecht, un 12 sur 12 contre La Gantoise, un 7 sur 9 contre le Standard, un 4 sur 12 contre Bruges et un 7 sur 12 contre l’Antwerp. Tel est le bilan de Genk face aux cinq équipes qualifiées pour les playoffs. Autant dire que les coéquipiers de Dewaest ont su répondre présents dans les grands rendez-vous. Impressionnant pour une équipe composée de plusieurs jeunes. Genk a principalement obtenu son titre grâce à cette régularité. Très peu d’accrocs, et de très bons résultats obtenus face aux “gros” et face aux “petits”.

Plein écran
© BELGA
  1. Michel Preud’homme se méfie de Guimaraes
    Europa League

    Michel Preud’homme se méfie de Guimaraes

    Michel Preud'homme ne sous-estime pas le Vitoria SC, loin de là. "C'est une équipe complète, capable de s'organiser mais aussi de rapidement se projeter vers l'avant grâce à des joueurs techniques et des latéraux offensifs", a déclaré le coach liégeois mercredi en conférence de presse. Jeudi à Sclessin (18h55), les Rouches lanceront leur campagne européenne contre le club portugais dans ce premier match du groupe F de l'Europa League.
  1. Mauvaise opération pour l’Inter et Lukaku, service minimum pour Denayer et l’OL

    Mauvaise opération pour l’Inter et Lukaku, service minimum pour Denayer et l’OL

    Soirée mouvementée pour l’Inter de Romelu Lukaku en Ligue des Champions. Reversés dans un groupe particulièrement corsé avec Dortmund et le Barça, l’Inter ne pouvait pas manquer son premier rendez-vous européen de la saison, contre le Slavia Prague, à domicile. Mais, incapables de faire la différence, les Interistes se sont fait surprendre en contre par un certain Peter Olayinka, ancien joueur de Zulte Waregem. Les Nerazzurri ont assuré le minimum en égalisant dans les arrêts de jeu, mais c’est loin de suffire à leur bonheur avant un déplacement périlleux à Barcelone, dans deux semaines. Partage également pour Jason Denayer. Pourtant mené à la pause, l’Olympique Lyonnais est revenu au score dès le retour des vestiaires contre le Zenit Saint-Petersbourg pour arracher la premier point de sa campagne européenne (1-1).
  2. Hans Vanaken serein avant le Gala: “On ne doit pas absolument gagner”

    Hans Vanaken serein avant le Gala: “On ne doit pas absolument gagner”

    Il ne faut pas avoir fait polytechnique pour comprendre que le match d'ouverture du Groupe A de la Ligue des Champions Club Bruges - Galatasaray, de mercredi soir (18h55) au Stade Jan Breydel, est crucial dans le cadre de la lutte pour la troisième place, que devraient se livrer les deux équipes. Un prix de consolation qui pour rappel, permet de figurer dans le tableau des seizièmes de finale de l'Europa League après la trêve hivernale.
  3. “On a déjà atteint notre objectif, mais on reste ambitieux...”

    “On a déjà atteint notre objectif, mais on reste ambitieux...”

    C'est une tradition belge qu'on peut trouver regrettable, mais elle a la vie dure. L'entraîneur du Club Bruges Philippe Clement ne s'en est pas caché à la veille de la première journée du Groupe A de la Ligue des champions de football, il vise la troisième place, qui permet de passer l'hiver et de poursuivre la campagne en Europa League. Il va de soi que dans cette optique, le match de mercredi soir (18h55) au Jan Breydel contre Galatasaray, est dans doute le plus important de la série.