Plein écran
© BELGA

Quel noyau et quel salaire pour Mazzu à Genk?

Après six années passées à Charleroi, Felice Mazzu quitte “son” club et sa zone de confort pour relever un défi périlleux. Succéder à Philippe Clément et découvrir la Ligue des Champions avec un noyau probablement pillé de ses meilleurs éléments actuels. Si quelques incertitudes demeurent quant au groupe qu’il aura à disposition, son salaire semble connu. Selon Sudpresse, l'ancien T1 du White Star percevra 900.000 euros brut par an dans le Limbourg. 

"Par le passé, il y avait eu une baisse de résultats à Genk après les titres. Nous espérons que Felice nous apportera de la stabilité”, le souhait de Dimitri De Condé, directeur sportif du Racing, est clair et raisonnable. 

Les dirigeants limbourgeois semblent avoir conscience que la future saison sera bien plus compliquée que celle écoulée. En cause, un nouveau statut à défendre, mais surtout un effectif qui devra être recomposé. Plusieurs éléments-clés vont quitter le Racing, c’est une (quasi) certitude. “Nous misons sur trois départs et cinq arrivées”. Il sera notamment très compliqué de conserver Trossard et Berge, des pions essentiels du dispositif mis en place par Clément lors de la défunte campagne. 

Plein écran
© Photo News

Un grand espoir suédois ciblé

Dans le sens des arrivées, Theo Bongonda devrait être présenté cette semaine. Le montant du transfert est estimé à sept millions d’euros, une transaction record entre deux clubs belges. Un autre dossier pourrait être bouclé dans les prochains jours. Le grand espoir suédois Benjamin Nygren, âgé de 17 ans, devrait rejoindre le Racing et opter pour un palier intermédiaire avant de viser plus haut. Plusieurs grands clubs européens font déjà les yeux doux au milieu offensif de Göteborg dont le Bayern et Manchester City.  Genk est prêt à offrir quatre millions d’euros. 

En ce qui concerne le staff, Felice Mazzu espère toujours pouvoir attirer l’un de ses proches collaborateurs. Les discussions semblent toujours en cours à ce sujet. En ce qui concerne le plan financier, Sudpresse indique que l'ancien coach du Sporting espérait un million d’euros brut par an. Il percevra au final 900.000 euros chaque année. Soit une augmentation de salaire de 50% en regard de ses émoluments  à Charleroi. 

Plein écran
© BELGA
  1. Vincent Kompany dit “non” à Guardiola et prend le pouvoir à Anderlecht: “Make RSCA great again”

    Vincent Kompany dit “non” à Guardiola et prend le pouvoir à Anderlecht: “Make RSCA great again”

    Anderlecht fait sa (énième) révolution. Marc Coucke fait un pas de côté et laisse le poste de président du Sporting à Wouter Vandenhaute, l’ambitieux patron de Woestijnvis qui était arrivé il y a quelques mois dans le rôle de conseiller auprès du CEO Karel Van Eetvelt. Kompany et Vandenhaute vont investir de l’argent dans le club et devraient devenir actionnaires. Coucke restera l’actionnaire principal via sa société “holding” Alychlo. Dans son plan à long terme, intitulé “RSCA 2020 - 2025", Anderlecht veut “renouer avec son glorieux passé”. Comment la presse analyse-t-elle ce nouveau chamboulement au top du club?
  2. Luciano D’Onofrio déclare la guerre à Mehdi Bayat, l’Antwerp porte plainte

    Luciano D’Onofrio déclare la guerre à Mehdi Bayat, l’Antwerp porte plainte

    L'Antwerp a affirmé mercredi soir, par voie de communiqué, avoir déposé plainte auprès de l'Autorité belge de concurrence et de l'UEFA, pointant "l'existence de conflits d'intérêts structurels dans le football belge", faisant notamment état du rôle de Mehdi Bayat, président de l'Union belge et administrateur délégué du Sporting de Charleroi. Une double casquette qui ne plaît pas à Luciano D’Onofrio, directeur sportif de l’Antwerp. Ce dernier avait déjà allumé Bayat dans la presse belge récemment.