Me Van Steenbrugge devant la cour d’assises de Gand, en janvier
Plein écran
Me Van Steenbrugge devant la cour d’assises de Gand, en janvier © BELGA

"Qui peut encore douter que Malines, Waasland-Beveren et Veljkovic ont magouillé ensemble?”

FootgateWalter Van Steenbrugge, qui intervenait dans les débats en tant qu'avocat de Lokeren, samedi lors de la première séance de la chambre d'appel de la Commission des litiges de l'Union Royale de football (URBSFA), s'est montré très offensif à cette occasion. Il a ainsi notamment déclaré qu'il était à ses yeux inconcevable que des dirigeants de clubs se livrent à des pratiques douteuses suggérées par une personne aussi peu recommandable que Dejan Veljkovic. "Cela donne envie de vomir", a-t-il dit.

Van Steenbrugge a aussi fustigé l'attitude des deux clubs, Malines et Waasland-Beveren, qui se plaignent de la rapidité avec laquelle l'Union belge entend juger cette affaire, comme si seuls leurs intérêts comptaient.
"Celui de Lokeren, qui n'est en aucun cas moins important", a-t-il souligné, "est en effet qu'on décide rapidement. Et que les tricheurs soient punis, écartés à jamais de nos stades...”

“Des tentacules à la place des bras”

L'avocat de Lokeren n'a pas fait mystère que les faits dont il est question dans le dossier sont clairement établis, et que les responsabilités de leurs auteurs sont incontestables. "Qui peut encore aujourd'hui sérieusement douter, à moins d'être sourd, aveugle et analphabète, que Malines, Waasland-Beveren et Veljkovic ont magouillé ensemble. Les documents parlent d'eux-mêmes. Veljkovic était le chef d'orchestre de cette opération de sauvetage du KV Malines, à laquelle Waasland-Beveren était ravi de coopérer. Veljkovic, qui a des tentacules à la place de bras, a contacté des joueurs, des dirigeants, des journalistes, des arbitres et des juges de ligne, à la demande de Malines. Waasland-Beveren prétend qu'il n'a rien à voir avec cette affaire, mais ce n'est pas crédible. Olivier Swolfs et Dirk Huyck ont à l'évidence manoeuvré pour que l'équipe alignée contre Malines soit la moins forte possible. Pour que Rudy Camacho ne joue pas sous un faux prétexte, que Daam Foulon soit préféré à Erdin Demir. Davy Roef et Olivier Myny avaient en outre été approchés. Ils l'ont fait parce que le Malinwa s'était engagé à disputer ses matches du playoff 2 au Freethiel en cas de maintien, et afin que ce club lui soit pour toujours redevable. Il avait été promis qu'une équipe mixte serait alignée, lors d'une conversation entre Johan Timmermans et Thierry Steemans. "Il est évident que Waasland-Beveren a tout mis en oeuvre pour affaiblir son équipe", affirme Van Steenbrugge.

“Les smartphones révèlent tout”

L'avocat a conclu sa plaidoierie d'une demi-heure par une diatribe contre le monde du football belge dans son ensemble. “Veljkovic a pu se comporter comme un roi, influencer tout et chacun avec ses interminables bras. Il devrait ramper au sol de honte mais au lieu de cela, je l'ai entre autres vu assis fier comme un paon dans la tribune d'Anderlecht. Il est inimaginable ques des hauts dirigeants du football belge soient impliqués dans un tel scandale. C'est à vomir. Il est encore heureux que les smartphones révèlent tout...”

  1. Vincent Kompany dit “non” à Guardiola et prend le pouvoir à Anderlecht: “Make RSCA great again”

    Vincent Kompany dit “non” à Guardiola et prend le pouvoir à Anderlecht: “Make RSCA great again”

    Anderlecht fait sa (énième) révolution. Marc Coucke fait un pas de côté et laisse le poste de président du Sporting à Wouter Vandenhaute, l’ambitieux patron de Woestijnvis qui était arrivé il y a quelques mois dans le rôle de conseiller auprès du CEO Karel Van Eetvelt. Kompany et Vandenhaute vont investir de l’argent dans le club et devraient devenir actionnaires. Coucke restera l’actionnaire principal via sa société “holding” Alychlo. Dans son plan à long terme, intitulé “RSCA 2020 - 2025", Anderlecht veut “renouer avec son glorieux passé”. Comment la presse analyse-t-elle ce nouveau chamboulement au top du club?
  2. Luciano D’Onofrio déclare la guerre à Mehdi Bayat, l’Antwerp porte plainte

    Luciano D’Onofrio déclare la guerre à Mehdi Bayat, l’Antwerp porte plainte

    L'Antwerp a affirmé mercredi soir, par voie de communiqué, avoir déposé plainte auprès de l'Autorité belge de concurrence et de l'UEFA, pointant "l'existence de conflits d'intérêts structurels dans le football belge", faisant notamment état du rôle de Mehdi Bayat, président de l'Union belge et administrateur délégué du Sporting de Charleroi. Une double casquette qui ne plaît pas à Luciano D’Onofrio, directeur sportif de l’Antwerp. Ce dernier avait déjà allumé Bayat dans la presse belge récemment.