Plein écran

René Vandereycken n'est plus le coach des Diables Rouges

René Vandereycken n'est plus le coach des Diables Rouges. Le Limbourgeois de 55 ans a été démis de ses fonctions, a annoncé mardi François De Keersmaecker, le président de l'Union Belge de Football (URBSFA).

"Ses qualités professionnelles ne sont pas en cause", a précisé François De Keersmaecker, "mais les résultats nous ont amenés à prendre cette décision. La mesure ne touche pas les autres membres de son staff technique (Frank Vercauteren et Théo Custers)".

Successeur
Un Comité exécutif restreint a prononcé la sentence au terme d'une heure de délibérations. Le successeur devra avoir du charisme et le sens de la communication, a-t-il également été précisé. Il ne sera pas désigné dans la précipitation. Le président de la commission technique Philippe Collin sera chargé d'établir la liste des candidats "compétents et disponibles". L'idéal serait qu'il puisse déjà entrer en fonction lors de la Kirin Cup au Japon, du 29 au 31 mai.

Dans la presse, les noms les plus souvent cités sont ceux de Jean-François de Sart (entraîneur des Espoirs), Marc Wilmots (sans club), Eric Gerets (en fin de contrat à Marseille), Franky Vercauteren (entraîneur-adjoint) et des "étrangers" Dick Advocaat (P-B/Zénit Saint-Pétersbourg) et Laszlo Boloni (Rou/Standard).

Mondial 2010
La Belgique, qui s'est inclinée à deux reprises en l'espace de cinq jours la semaine dernière face à la Bosnie (2-4 à domicile et 2-1 en déplacement), est 4e sur six du Groupe 5 de la Zone Europe des éliminatoires du Mondial 2010 avec 7 points sur 18, à 5 points de la Bosnie-Herzégovine, 2e. L'Espagne, championne d'Europe, est en tête avec le maximum de points (18/18) et accueillera les Diables Rouges le 5 septembre lors du prochain match des Belges en qualifications.

En tant que joueur, Vandereycken a porté 50 fois le maillot national. Milieu défensif, il a joué au Club Bruges (1973-1981), à Gênes (1981-1983), à Anderlecht (1983-1986), au Blau Weiss Berlin ((1986-1987) et à La Gantoise (1987-1988).

Comme entraîneur, il a débuté à Gand (avril 1989-mars 1993) puis est passé au Standard (octobre 1993-1994), au RWDM (1994-1995), à Anderlecht (1997-décembre 1997), à Mayence (2000-novembre 2000), à Twente (2002-2004) et à Genk (2004-2005). Sous sa conduite, les Diables Rouges ont disputé 30 rencontres dont 10 victoires, 13 défaites et 7 nuls. (belga)

  1. Michel Preud’homme se méfie de Guimaraes
    Europa League

    Michel Preud’homme se méfie de Guimaraes

    Michel Preud'homme ne sous-estime pas le Vitoria SC, loin de là. "C'est une équipe complète, capable de s'organiser mais aussi de rapidement se projeter vers l'avant grâce à des joueurs techniques et des latéraux offensifs", a déclaré le coach liégeois mercredi en conférence de presse. Jeudi à Sclessin (18h55), les Rouches lanceront leur campagne européenne contre le club portugais dans ce premier match du groupe F de l'Europa League.
  1. Mauvaise opération pour l’Inter et Lukaku, service minimum pour Denayer et l’OL

    Mauvaise opération pour l’Inter et Lukaku, service minimum pour Denayer et l’OL

    Soirée mouvementée pour l’Inter de Romelu Lukaku en Ligue des Champions. Reversés dans un groupe particulièrement corsé avec Dortmund et le Barça, l’Inter ne pouvait pas manquer son premier rendez-vous européen de la saison, contre le Slavia Prague, à domicile. Mais, incapables de faire la différence, les Interistes se sont fait surprendre en contre par un certain Peter Olayinka, ancien joueur de Zulte Waregem. Les Nerazzurri ont assuré le minimum en égalisant dans les arrêts de jeu, mais c’est loin de suffire à leur bonheur avant un déplacement périlleux à Barcelone, dans deux semaines. Partage également pour Jason Denayer. Pourtant mené à la pause, l’Olympique Lyonnais est revenu au score dès le retour des vestiaires contre le Zenit Saint-Petersbourg pour arracher la premier point de sa campagne européenne (1-1).
  2. Hans Vanaken serein avant le Gala: “On ne doit pas absolument gagner”

    Hans Vanaken serein avant le Gala: “On ne doit pas absolument gagner”

    Il ne faut pas avoir fait polytechnique pour comprendre que le match d'ouverture du Groupe A de la Ligue des Champions Club Bruges - Galatasaray, de mercredi soir (18h55) au Stade Jan Breydel, est crucial dans le cadre de la lutte pour la troisième place, que devraient se livrer les deux équipes. Un prix de consolation qui pour rappel, permet de figurer dans le tableau des seizièmes de finale de l'Europa League après la trêve hivernale.
  3. “On a déjà atteint notre objectif, mais on reste ambitieux...”

    “On a déjà atteint notre objectif, mais on reste ambitieux...”

    C'est une tradition belge qu'on peut trouver regrettable, mais elle a la vie dure. L'entraîneur du Club Bruges Philippe Clement ne s'en est pas caché à la veille de la première journée du Groupe A de la Ligue des champions de football, il vise la troisième place, qui permet de passer l'hiver et de poursuivre la campagne en Europa League. Il va de soi que dans cette optique, le match de mercredi soir (18h55) au Jan Breydel contre Galatasaray, est dans doute le plus important de la série.