Roberto Martinez.
Plein écran
Roberto Martinez. © AFP

Roberto Martinez craint “une catastrophe” si les championnats ne reprennent pas

Roberto Martinez craint que si les championnats ne reprennent pas en Europe, les conséquences pour les clubs seront catastrophiques, a déclaré le sélectionneur des Diables Rouges dans un entretien à la BBC mercredi.

Dans sa grande majorité, le football européen est paralysé depuis plus d'un mois par la pandémie de coronavirus. Pour Martinez, la reprise des compétitions est "la seule solution". "Tout le monde doit bien avoir conscience qu'autrement, les grandes institutions du football, qui existent depuis plus de cent ans, risquent de connaître de graves problèmes financiers. C'est la réalité. Je pense que l'UEFA et la FIFA ont fait le bon choix en insistant sur la reprise des compétitions. Les matches internationaux de mars et juin ont été annulés et l'Euro 2020 a été reporté d'un an afin de laisser aux championnats nationaux la possibilité de chercher une solution avec les détenteurs des droits".

Si les grandes nations du foot européen sont favorables à un retour sur les pelouses, la Belgique a été le premier pays à vouloir mettre un terme à la saison, décision qui doit encore être validée par l'assemblée générale de la Pro League. Martinez pense que cela ne pourrait pas se passer dans d'autres pays. "En Belgique, tout le monde a accepté qu'on soit sacré champion si on est premier après 29 journées, et qu'on soit dégradé si on est dernier", dit le coach espagnol. "On a donc décidé de mettre un terme à la saison. Dans les autres pays, il faudrait rembourser l'argent des droits TV si on n'allait pas au bout de la saison et ce serait catastrophique".

“Il nous faut regarder vers l’avenir et rester positifs”

Dans de nombreux pays européens, on s'active pour préparer la suite de la saison. "On voit différentes approches", raconte Martinez. "Dans certains pays, on table sur des matches à huis clos. Une autre option est de regrouper les matches, comme pendant une Coupe du monde, ou de prolonger la saison. Cette dernière option s'avère difficile, à moins qu'elle n'émane de la FIFA ou de l'UEFA et qu'elle soit compatible avec le Mondial 2022 au Qatar. Je ne pense pas que quelqu'un puisse prendre une décision maintenant, car on ne sait pas quelle sera la situation. Nous devons d'abord rester en sécurité et en bonne santé, ensuite on parlera de football".

L'Euro 2020 aurait pu tomber au bon moment pour les Diables Rouges, après la 3e place au Mondial 2018. "Nous avons eu une campagne de qualification parfaite, avec 30 points en 10 matches. On sentait que physiquement et mentalement, nous étions à notre meilleur niveau pour disputer un grand tournoi. Et soudain, l'Euro n'est plus notre prochain objectif. Nous devrons utiliser la Ligue des Nations et les matches internationaux de mars pour tenter de nous qualifier pour le Mondial, cela en guise de préparation à l'Euro de 2021. Il nous faut regarder vers l'avenir et rester positifs", conclut Roberto Martinez. 

  1. Vincent Kompany dit “non” à Guardiola et prend le pouvoir à Anderlecht: “Make RSCA great again”

    Vincent Kompany dit “non” à Guardiola et prend le pouvoir à Anderlecht: “Make RSCA great again”

    Anderlecht fait sa (énième) révolution. Marc Coucke fait un pas de côté et laisse le poste de président du Sporting à Wouter Vandenhaute, l’ambitieux patron de Flanders Classics qui était arrivé il y a quelques mois dans le rôle de conseiller auprès du CEO Karel Van Eetvelt. Kompany et Vandenhaute vont investir de l’argent dans le club et devraient devenir actionnaires. Coucke restera l’actionnaire principal via sa société “holding” Alychlo. Dans son plan à long terme, intitulé “RSCA 2020 - 2025", Anderlecht veut “renouer avec son glorieux passé”. Comment la presse analyse-t-elle ce nouveau chamboulement au top du club?
  2. Luciano D’Onofrio déclare la guerre à Mehdi Bayat, l’Antwerp porte plainte

    Luciano D’Onofrio déclare la guerre à Mehdi Bayat, l’Antwerp porte plainte

    L'Antwerp a affirmé mercredi soir, par voie de communiqué, avoir déposé plainte auprès de l'Autorité belge de concurrence et de l'UEFA, pointant "l'existence de conflits d'intérêts structurels dans le football belge", faisant notamment état du rôle de Mehdi Bayat, président de l'Union belge et administrateur délégué du Sporting de Charleroi. Une double casquette qui ne plaît pas à Luciano D’Onofrio, directeur sportif de l’Antwerp. Ce dernier avait déjà allumé Bayat dans la presse belge récemment.