Plein écran
Roger Vanden Stock. © belga

Roger Vanden Stock sort du silence: "Ça fait mal"

VideoPlus d'un an après avoir quitté la présidence du Sporting d'Anderlecht, Roger Vanden Stock est sorti de son mutisme pour revenir sur la situation pour le moins difficile que vit son club de coeur depuis. "C'est indigne du Sporting", lance, entre colère et tristesse, l'homme qui a dédié 45 années de sa vie au club de la capitale.

Les photographes le cherchaient depuis des mois dans la tribune d'honneur du stade qui porte (encore) le nom de son père, en vain. Roger Vanden Stock, l'ancien président du RSC Anderlecht, semblait avoir disparu de la circulation. En fait, il avait tout simplement quitté la Belgique pour respirer l'air frais des Alpes françaises, mais aussi pour faire du tourisme en Birmanie ou encore du golf en Irlande. 

De retour au pays depuis quelques jours, Roger Vanden Stock était au Stade Fallon à Woluwé-Saint-Lambert ce jeudi pour la présentation d'un tournoi regroupant des équipes constituées grâce à la fondation Constant Vanden Stock créée par sa femme, Kiki Vanden Stock. C'est dans ce contexte que l'ancien dirigeant du Sporting a glissé quelques mots à nos confrères de la RTBF, entre autres.

Yari Verschaeren, l'éclaircie dans la grisaille
Avec sa bonhommie habituelle, le fils de Constant Vanden Stock, sous la présidence duquel le RSCA a empoché dix championnats de Belgique supplémentaires, est revenu sur la crise que traverse son club de coeur mauve. 

Et pour cause, rien ne va plus au Sporting d'Anderlecht depuis que Marc Coucke, le nouveau propriétaire du club, a officiellement repris le flambeau il y a un peu plus d'un an. "Et ça fait mal", confie Roger Vanden Stock, "Parce que je suis et je reste un fan d'Anderlecht", assure-t-il. Le club bruxellois ne compte actuellement qu'une seule petite victoire dans ces PO1 (contre le Standard). "C'est indigne du Sporting", lâche RVDS qui voit tout de même une éclaircie dans la grisaille bruxelloise: Yari Verschaeren. Il n'empêche, faire reposer tous les espoirs d'un club sur les épaules d'un gamin de 17 ans est un jeu dangereux, craint l'ancien boss des Mauve et Blanc qui risquent de louper une qualification européenne pour la première fois depuis 55 ans. (Lire la suite sous la vidéo)

Citation

"Un jour le Stade Emile Versé est devenu Stade Constant Vanden Stock. Eh bien, un jour le Stade Constant Vanden Stock deviendra apparem­ment le Stade Lotto"

Roger Vanden Stock, ancien président du RSCA

Le clan Vanden Stock oublié
Lors de la passation de pouvoir, on apprenait que le titre de président d'honneur du Sporting d'Anderlecht était promis à Roger Vanden Stock. Un titre honorifique finalement rendu par le principal intéressé. L'ancien président n'est d'ailleurs plus régulièrement invité à voir les matches du Sporting à domicile. Il faut dire que la tribune d'honneur a été réaménagée sans prévoir une place pour le clan Vanden Stock. Sans rancune puisqu'il indique être disposé à conseiller bénévolement le club à partir de la saison prochaine. Mais pour l'instant, l'ancien président n'entretient plus aucun contact avec son successeur à Neerpede.

Roger Vanden Stock ne pouvait évidemment pas échapper à la question qui fâche, à savoir sur le changement de nom de l'enceinte du RSCA. Pour rappel, le stade Constant Vanden Stock devrait prochainement être rebaptisé "Lotto Arena." "Des rumeurs", estime de son côte Roger. "Un jour le Stade Emile Versé est devenu Stade Constant Vanden Stock. Et bien, un jour le Stade Constant Vanden Stock deviendra apparemment le Stade Lotto", souligne-t-il. Mais peut-être pas aussi rapidement que certains ne le laissent croire, souffle-t-il.

Quel entraîneur pour le Sporting? "Mourinho!"
Quel entraîneur aurait les épauples assez larges pour redresser le bateau mauve à la dérive? "Mourinho!", plaisante Roger Vanden Stock, décidément jamais avare d'une bonne blague. "Non, vraiment, je n'ai aucune idée... et je suis loin de tout cela maintenant", précise-t-il tout de même en souriant.

Plein écran
Roger Vanden Stock passe le flambeau anderlechtois à Marc Coucke, le 22 décembre 2017. © photo_news