Kevin Van Damme et Joao Klauss dans l'attente de la décision du VAR sur le troisième but du Standard (finalement annulé): une image qui symbolise le drôle de week-end de l'arbitrage belge.
Plein écran
Kevin Van Damme et Joao Klauss dans l'attente de la décision du VAR sur le troisième but du Standard (finalement annulé): une image qui symbolise le drôle de week-end de l'arbitrage belge. © Photo News

Sept minutes d’attente, penaltys généreux, penalty non-sifflé: un week-end de polémiques en Pro League

Avec l’intronisation d’une ligne 3D pour juger les situations de hors-jeu, l’arbitrage vidéo belge a accueilli une nouvelle technologie ce week-end. Et pourtant, jamais depuis son arrivée en Pro League, le VAR n’aura soulevé autant de débats que lors de cette onzième journée de championnat. Retour sur les phases qui ont fait polémique ce week-end sur les pelouses belges.

  1. Le top/flop des Diables: la classe de Dries Mertens, temps de jeu limité pour Leander Dendoncker
    Diables Rouges

    Le top/flop des Diables: la classe de Dries Mertens, temps de jeu limité pour Leander Dendoncker

    Yannick Carrasco, à nouveau à l’assist, Jérémy Doku, buteur pour son retour ou encore Thibaut Courtois, impérial entre ses perches... De nombreux Diables Rouges se sont illustrés ce week-end aux quatre coins de l’Europe, mais aucun n’a autant brillé que Dries Mertens, héros du Napoli contre la Lazio. En Angleterre, ça se passe moins bien, en revanche, pour Leander Dendoncker depuis le début de la saison.
  2. Le Standard galvaude un avantage de deux buts dans les arrêts de jeu, baptême gâché pour Elsner

    Le Standard galvaude un avantage de deux buts dans les arrêts de jeu, baptême gâché pour Elsner

    Pour bien débuter sa nouvelle ère, le Standard devait gagner. Jusqu’à la 96e minute, c'était le cas. Les Liégeois ont ensuite complètement craqué en l’espace de 180 secondes et ont finalement été rejoints à la...99e minute (2-2). Première manquée pour Luka Elsner. Le Standard n’est pas convalescent, il est toujours malade. Même si à cinq minutes près, le discours aurait sans doute été différent...
  3. Un livret d'épargne classique auprès d’une grande banque? Dans ce cas, le montant de vos épargnes ne sera doublé qu’au bout de… 636 ans
    Guide-epargne.be

    Un livret d'épargne classique auprès d’une grande banque? Dans ce cas, le montant de vos épargnes ne sera doublé qu’au bout de… 636 ans

    Depuis un certain temps déjà, les taux d’intérêt sur nos livrets d’épargne sont fort bas. Avec le taux minimal légal pour les comptes d’épargne réglementés, appliqué par la plupart des grandes banques, vous devriez attendre 636 ans avant que le montant de vos épargnes ne soit doublé. Toutefois, ceux qui optent pour des produits d’épargne ou d’investissement plus rentables, pourraient parvenir à augmenter de 100% leur capital durant leur vie. Ci-dessous, Guide-epargne.be vous explique comment ceci est possible.