Plein écran
© BELGA

“Si vous mettez vos joueurs au chômage technique, vous perdez tout contrôle”

 Le Royal Excelsior Virton, pensionnaire de D1B, va être le premier club belge de football à demander de placer ses joueurs et son staff au chômage technique à cause de la pandémie de coronavirus, a déclaré le syndicat des joueurs Sporta samedi à l'agence Belga. Le club gaumais n'a pas encore communiqué sur le sujet.

"Virton va demander le chômage technique et a déjà communiqué à ce propos auprès des joueurs. Ce n'est qu'une fois la demande de l'employeur déposée que les employés peuvent ensuite soumettre les formulaires afin de bénéficier du chômage technique", a précisé Stijn Boeykens de Sporta.

Virton n'a plus grand chose à gagner cette saison dans l'antichambre de l'élite belge. En effet, Oud-Heverlee Louvain et le Beerschot doivent se disputer la montée alors que Lokeren et Roulers s'affronteront en playdowns.
Dans l'élite, le Standard et Zulte Waregem envisagent également ce recours au chômage technique, a écrit le journal Het Laatste Nieuws dans son édition du samedi, ce qu'a confirmé Sporta. 

Plafond à 2.353, 21 euros 

La proposition est sur la table mais n'a pas encore été soumise. "En cas de chômage technique, les sportifs sont limités à un salaire égal à 70% du salaire moyen, plafonné à 2.353,21 euros bruts par mois. Pour les autres employés, tels que les entraîneurs, la limite est placée à 2.754,76 euros par mois. Le montant pour les sportifs est plus bas car ils payent moins de contributions ONSS en Belgique.”

Le Club Bruges et Anderlecht ont déjà précisé qu'ils n'auraient pas recours au chômage technique. "Ils imposent des programmes individuels à leurs joueurs et peuvent les suivre, par exemple via Strava. Si vous mettez vos joueurs au chômage technique, vous perdez tout contrôle et vous ne pouvez plus les sanctionner. Les clubs prennent donc chacun la décision d'avoir recours au chômage technique ou pas. La Pro League reste un peu en dehors des débats mais a précisé que les clubs pouvaient en faire la demande. Mardi, il y aura une vidéoconférence entre Sporta, l'Union belge de football, la Pro League et la ministre de l'Emploi Nathalie Muylle.”

Si le chômage technique a été créé pour protéger les travailleurs, cela n'empêche pas les sportifs de s'inquiéter. Sporta a en effet été souvent sollicité ces derniers jours. "A court terme c'est surmontable mais sur cela peut avoir des conséquences sur le long terme. Cela dépend évidemment de la durée de la crise. Dans le football, l'écart entre le salaire et l'allocation est énorme."

  1. Dans une lettre ouverte, les clubs pros demandent une décision rapide à la Pro League

    Dans une lettre ouverte, les clubs pros demandent une décision rapide à la Pro League

    Une majeure partie des clubs professionnels belges ont demandé à la Pro League de prendre une décision rapide concernant la suite de la compétition de football. Ils l'ont fait dans une lettre ouverte adressée au président, au CEO et Conseil d'Administration de la Pro League envoyée par David Meekers, le président Saint-Trond et "soutenue par presque trois quarts des membres de la Pro League".