Plein écran
© Twitter @kvkofficieel

Transfert polémique: Selemani interdit de jouer avec Courtrai cette saison?

Le torchon brûle toujours entre l’Union Saint-Gilloise et Courtrai. La Pro League va endosser un rôle d’intermédiaire entre les deux clubs et espère convaincre les Flandriens de payer une compensation au club bruxellois pour le transfert de Faïz Selemani. En attendant, l’avenir sportif du Comorien reste incertain, il pourrait ne pas jouer cette saison sous le maillot courtraisien. 

Apaiser les tensions. Voilà la mission attribuée à la Pro League qui va tenter de régler le conflit qui oppose l’Union Saint-Gilloise à Courtrai. Pour rappel, l’ancien Unioniste Faïz Selemani a rompu unilatéralement son contrat avant de filer au stade des Éperons d’Or.

“Une attaque incompréhensible”

“Une attaque directe et incompréhensible de Courtrai à l’encontre de notre système de transferts”, condamne le club bruxellois dans un communiqué.” Un point de vue qui rejoint celui de Pierre François, directeur général de la Pro League. “La viabilité de nos clubs repose sur notre système de transfert. Nous devons protéger cela”, commente-t-il dans Het Laatste Nieuws. Le dossier sera évoqué lors de la prochaine réunion du conseil d’administration de la Pro League. 

Courtrai se défend

“Nous ne sommes pas une partie impliquée dans les discussions entre l’Union Saint-Gilloise et Faïz Selemani, où le salarié a rompu son contrat de travail en raison d’une faute grave de son employeur. Nous avons l’impression que l’Union veut nous faire porter le chapeau pour ses erreurs”, avance  le manager général Matthias Leterme .

“C’est l’Union Saint-Gilloise qui a donné aux agents de sécurité l’instruction de refuser l’accès des installations du club au joueur et qui lui a interdit de s’entraîner. Le joueur a résilié son contrat de travail en raison d’une faute grave de son employeur. Selemani réclamera des dommages et intérêts devant le tribunal du travail compétent et ne versera pas d’indemnités de départ comme il est d’usage en vertu de la loi de 1978.”

Selemani privé de compétition?

De son côté, Selemani ne sait toujours pas s’il pourra faire ses grands débuts en D1A avec le KVK cette saison. Une commission d’arbitrage de l’Union belge doit d'abord confirmer que le Comorien avait le droit de rompre unilatéralement son contrat pour “faute grave”. Si ce n’est pas le cas, Faïz Selemani pourrait ne pas jouer pour son nouveau club avant... juillet 2020. 

  1. Lokeren nie toutes les rumeurs: “La faillite n'est pas à l'ordre du jour”

    Lokeren nie toutes les rumeurs: “La faillite n'est pas à l'ordre du jour”

    Le Sporting Lokeren a tenté d'éteindre toutes les rumeurs dans un communiqué de presse vendredi matin. Le club lanterne rouge de la division 1B de football a nié qu'elle allait déposer son bilan et a annoncé qu'elle "donnerait toutes les chances aux pistes existantes qui peuvent sauvegarder l'avenir de Lokeren". Depuis plusieurs semaines, la situation financière de Lokeren est délicate. Fin janvier, une prise de contrôle par le groupe chinois Ke Hua Sports semblait être en bonne voie, mais pour l'instant, aucun accord n'a été trouvé.
  2. Des regrets, mais aussi de l’espoir pour le Club de Bruges

    Des regrets, mais aussi de l’espoir pour le Club de Bruges

    Nouvelle prestation honorable du Club de Bruges en Coupe d’Europe. Après le Real Madrid et le PSG, c’est Manchester United qui a fait connaissance avec les Blauw en Zwart ce jeudi. Très bien rentré dans sa rencontre, le leader du championnat de Belgique clôture pourtant ce seizième de finale aller avec une pointe d’amertume, car le Club a mené et eu les clés de la rencontre en mains, avant l’égalisation anglaise. Mais la qualification reste abordable pour Bruges. Il faudra réaliser l’exploit à Old Trafford dans une semaine et, sur ce qu’ils ont montré dans cette manche aller, les Brugeois en sont tout à fait capables...