BELGA
Plein écran
© BELGA
Anderlecht AND
3
FIN
0
Paide Linnameeskond PAI
  • 62' Le football Fábio Silva
  • 71' 75' Le football Michael Murillo

Trois buts et pas de problème: Anderlecht valide tranquillement son ticket pour les barrages

Conference LeagueCopié inversé. Comme contre Seraing, Anderlecht a joué une mi-temps et planté trois buts face à Paide. Il a juste changé l’ordre en offrant d’abord une copie bâclée avant d’accélérer après le repos. On avait titré “la démonstration puis le néant”, le week-end dernier. On aurait très bien pu opter pour un “le néant, puis la démonstration”, ce jeudi soir, même si la seconde période mauve n’était pas non plus incroyable. Ce sont les rentrées de Silva et Refaelov qui ont donné une autre allure à la rencontre. Le Portugais a notamment trouvé le chemin des filets une poignée de minutes après son entrée au jeu avant de délivrer un assist. L’Israélien a lui régalé sur quasi chaque touche de balle. Mission accomplie pour le Sporting qui affrontera les Young Boys de Berne en barrages de la Conference League.

  1. Felice Mazzu veut éviter le moindre relâchement de ses joueurs contre Paide: "Rien n'est acquis"

    Felice Mazzu veut éviter le moindre relâchement de ses joueurs contre Paide: "Rien n'est acquis"

    Fort d'une victoire 0-2 en Estonie, le RSC Anderlecht s'avance confiant avant de recevoir Paide Linnameeskond jeudi soir lors du match retour du 3e tour préliminaire de la Conference League. Felice Mazzu a toutefois mis en garde ses troupes quant à un relâchement mental. "C'est clairement le plus grand danger. Il faut l'éviter", a lancé le technicien mercredi en conférence de presse.
  2. “Qui parle mal, se fait...”: John Lundstram en remet une couche sur l’“irrespectueuse Union”

    “Qui parle mal, se fait...”: John Lundstram en remet une couche sur l’“irrespectueuse Union”

    La qualification n’a pas suffi pour passer à autre chose. À l’issue du convaincant succès des Rangers face à l’Union, John Lundstram en a remis une couche après avoir déjà partagé en amont du match ce qu’il pensait de l’attitude “irrespectueuse de l’Union”. Depuis le vestiaire écossais, il a livré un message clair à ses adversaires. “Chat sh*t get banged, que l’on pourrait traduire par “qui parle, se fait b***.