Plein écran
Capture d'écran. © Twitter

Un groupe de supporters d’Anderlecht mis à l’honneur lors d'un match de Lyon

Ce mardi, une délégation de représentants des supporters anderlechtois a rencontré le staff technique et certains joueurs du RSCA pour leur faire part de leurs inquiétudes sur la situation du club. À quelques centaines de kilomètres de Bruxelles, l’ambiance était plus festive avec un groupe de fans des Mauves mis à l’honneur par les supporters de l’Olympique Lyonnais à travers un tifo lors du choc de Ligue 1 face à Lille. 

C’est un geste d’amitié qui a dû faire plaisir aux supporters d’Anderlecht, très remontés et inquiets en ce moment. Alors que cinq supporters désignés pour parler avec le club ont assisté à l’entraînement de mardi matin et se sont entretenus avec les dirigeants et joueurs du Sporting, des membres d’un club de supporters étaient à Lyon pour déployer, main dans la main avec les supporters lyonnais, un grand tifo célébrant le lien fort entre “Lyon 1950" et la “Mauves Army”. 

Quelques affinités existent entre les clubs de Pro League et de Ligue 1, notamment entre Rouches et Marseillais. Les Mauves, eux, ont toujours été plus proches des supporters de Lyon, les grands rivaux de l’OM. Les deux clubs amis vivent chacun une saison compliquée. 

Comme à Anderlecht, Lyon vit une crise profonde et un changement d’entraîneur est intervenu rapidement. Rudi Garcia a remplacé l’inexpérimenté Sylvinho qui était arrivé quelques semaines plus tôt. Les Lyonnais sont dans le ventre mou du championnat de France, une place incohérente avec les objectifs du deuxième budget de Ligue 1. 

La mauvaise affaire pour Lyon

Sur le plan sportif, ce mardi soir, le choc des “européens” entre Lille et l’OL, soit les deuxièmes et troisièmes du dernier Championnat de France, n’a pas tenu toutes ses promesses. La faute aux joueurs, trop brouillons, et aux entraîneurs, peu inspirés. Le choix de Rudi Garcia de laisser sur le banc le meilleur buteur de L1 Moussa Dembélé, au profit d’un Memphis Depay revenant de blessure, interroge.

Certes, l’entraîneur lyonnais a dû rapidement revoir ses plans, obligé de remplacé Youssouf Koné, blessé à une cheville, par Kenny Tete (25e). Mais le Néerlandais n’est pas fautif sur le but lillois, au contraire de ses trois autres compères en défense: Marcelo a manqué sa relance, le LOSC a saisi l’occasion pour lancer Jonathan Ikoné qui s’est faufilé entre Jason Denayer et Rafael avant de tromper Anthony Lopes (68e).

Après deux victoires consécutives, Lyon est donc rattrapé par son instabilité récurrente. Huitième, le club de Jean-Michel Aulas voit Lille s’envoler vers la 4e place, à un point de Bordeaux.