Plein écran
© Photo News

Vu de France: “Et si l'omnipotence d'Anderlecht touchait à sa fin?”

La mauvaise passe traversée par le Sporting fait parler en France. Après plusieurs médias spécialisés, c’est l’Agence France Presse qui s’est intéressée à la “crise” qui frappe le club bruxellois depuis plusieurs mois. 

“Pas de coupe d'Europe, peu de victoires et des supporters perplexes: à Anderlecht, la crise persistante fait planer la menace d'un passage de témoin au sommet du football belge, au profit de Bruges, Gand ou du Standard. Avec neuf points après dix journées de championnat, et une douzième place au classement, le club bruxellois connaît un des plus mauvais départs de son histoire”, rappelle la célèbre agence de presse. 

“Les débuts poussifs des Mauves sont d'autant plus flagrants que leurs rivaux historiques, Bruges et Standard de Liège en tête, étincellent. Leaders de la Jupiler Pro League, les Brugeois ont empoisonné le Real Madrid à Bernabeu mardi en Ligue des Champions, et concédé le match nul (2-2) dans les derniers instants seulement.”

“Quant au Standard (2e du championnat belge) et à La Gantoise (3e), ils n'ont pas brillé jeudi en Ligue Europa mais se sont imposés de manière convaincante il y a deux semaines, lors de la première journée (2-0 contre Guimaraes et 3-2 contre Saint-Etienne). Champions de Belgique à 34 reprises, les Bruxellois s'apprêtent-ils à rentrer dans le rang?”

Plein écran
© Photo News

“Ambiance explosive”

“Après le match nul contre Waasland-Beveren (0-0) le 29 septembre, les supporters ont encerclé le directeur sportif Michael Verschueren sur le parking du stade pour demander des explications. Le président du club Marc Coucke aurait pour sa part fait l'objet de menaces. Malgré l'ambiance explosive, la donne pourrait bientôt changer.”

“Jeudi, Anderlecht a annoncé le retour au poste d'entraîneur de la légende mauve "Franky" Vercauteren Après avoir mené son club de coeur au titre national en 2006 et 2007, le technicien dispose d'un crédit conséquent. Il a surtout une stature suffisante pour imposer ses choix tactiques, dans un club où les prérogatives de Kompany sont réputées larges.” 

  1. Vincent Kompany dit “non” à Guardiola et prend le pouvoir à Anderlecht: “Make RSCA great again”

    Vincent Kompany dit “non” à Guardiola et prend le pouvoir à Anderlecht: “Make RSCA great again”

    Anderlecht fait sa (énième) révolution. Marc Coucke fait un pas de côté et laisse le poste de président du Sporting à Wouter Vandenhaute, l’ambitieux patron de Woestijnvis qui était arrivé il y a quelques mois dans le rôle de conseiller auprès du CEO Karel Van Eetvelt. Kompany et Vandenhaute vont investir de l’argent dans le club et devraient devenir actionnaires. Coucke restera l’actionnaire principal via sa société “holding” Alychlo. Dans son plan à long terme, intitulé “RSCA 2020 - 2025", Anderlecht veut “renouer avec son glorieux passé”. Comment la presse analyse-t-elle ce nouveau chamboulement au top du club?
  2. Luciano D’Onofrio déclare la guerre à Mehdi Bayat, l’Antwerp porte plainte

    Luciano D’Onofrio déclare la guerre à Mehdi Bayat, l’Antwerp porte plainte

    L'Antwerp a affirmé mercredi soir, par voie de communiqué, avoir déposé plainte auprès de l'Autorité belge de concurrence et de l'UEFA, pointant "l'existence de conflits d'intérêts structurels dans le football belge", faisant notamment état du rôle de Mehdi Bayat, président de l'Union belge et administrateur délégué du Sporting de Charleroi. Une double casquette qui ne plaît pas à Luciano D’Onofrio, directeur sportif de l’Antwerp. Ce dernier avait déjà allumé Bayat dans la presse belge récemment.