Bruno Venanzi est revenu sur l’investissement d'Axel Witsel et de Marouane Fellaini
Plein écran
Bruno Venanzi est revenu sur l’investissement d'Axel Witsel et de Marouane Fellaini © DR

Witsel et Fellaini, le mercato, le stade: les vérités de Bruno Venanzi

Le président liégeois a fait le point sur plusieurs dossiers chauds dans un entretien accordé à Standard TV.

Bruno Venanzi a rarement pris la parole ces derniers temps. Le président du Standard a utilisé un nouveau canal de communication, les réseaux sociaux du club, pour répondre aux nombreuses questions que se posent actuellement les supporters. Alors certes, le dirigeant n’est pas revenu sur le futur de Michel Preud’homme, qui doit donner sa décision avant le 1er juin, ainsi que sur le couac de la licence, mais plusieurs points sont à retenir de son intervention.

Le stade: “L’investissement est de plus ou moins 100 millions d’euros”

Il est tout d’abord longuement revenu sur la question du stade. “Beaucoup de gens pensaient que le stade nous appartenait mais c’était inexact puisqu’il s’agissait d’un leasing. Mais nous avons mis fin de manière anticipative au leasing pour le racheter, ce qui a un peu plombé les comptes du Standard l’année dernière. Ensuite, nous avons décidé de revendre le stade avec une plus-value à l’Immobilière”, entame-t-il.

“L’Immobilière devra trouver les investisseurs pour faire les nouveaux développements du stade. En plus de la transformation, il y aura de nouveaux parkings, un supermarché, un business center, une esplanade autour du stade. Ce qui permet de financer la partie stade en tant que telle. L’investissement est de plus ou moins 100 millions d’euros”, résume le président du club liégeois.

L’investissement de Witsel et Fellaini: “Un caractère sentimental mais aussi rentable”

L’Immobilière a vu le jour il y a deux ans avec Axel Witsel en tant qu’actionnaire. “Il est avec moi depuis le début. Pour le projet du stade, qui a une telle ampleur, on a fait appel à différents investisseurs, dont Axel Witsel et Marouane Fellaini”, confirme Bruno Venanzi. Mais hors de question pour autant de dire que les deux Diables ont sauvé le club. “Il faut bien raconter des choses, mais c’est loin de la réalité. On a fait appel à des gens qui connaissent le foot et qui disposaient de revenus à investir dans un projet très concret. L’investissement d’Axel et de Marouane a un caractère sentimental puisqu’il s’agit du club de leur cœur. Ils le font également par rentabilité et par amour du projet”, poursuit-il.

Pas de gros transferts, mais l’ambition des Playoffs 1

Bruno Venanzi a également défendu la gestion des finances du club. “Sur les cinq dernières années, le Standard a perdu un million d’euros. La vente du stade permettra de combler les pertes engendrées par l’absence de matchs. L’été dernier, nous avons vendu pour près de 25 millions d’euros. Mais on a aussi investi comme jamais le Standard ne l’avait fait dans l’achat de joueurs. Or Vanheusden, 20 millions d’euros ont été investis”, rappelle-t-il.

“On a fait de gros investissements. Mais c’est certain que cette politique va changer cette année. Il n’y aura pas des montants d’achats de joueurs aussi importants. Mais nous allons sortir des jeunes de l’Académie, à l’instar d’Arnaud Bodart la saison dernière”, annonce Bruno Venanzi. Avec quelles ambitions? “Pour le Standard, le minimum syndical, ce sont les Playoffs 1", conclut-il.