Plein écran
© Photo News

Arsenal accroché par Norwich pour son premier match post-Emery

Arsenal n'a pas vraiment réussi ses débuts sous les ordres de Freddie Ljungberg, qui a succédé à Unai Emery limogé vendredi, en ne ramenant qu'un point de Norwich (2-2) grâce à un doublé d'Aubameyang, dimanche lors de la 14e journée de Premier League.

L'un de ses premiers gestes forts de Ljungberg aura été de titulariser Shkodran Mustafi, Granit Xhaka et Mesut Özil pour son match inaugural, autant de joueurs placardisés à divers degrés par son prédécesseur.

Mais la prestation défensive encore une fois incroyablement faible de la part des Gunners, notamment leur absence totale d'agressivité défensive sur les deux buts des 'Canaries', montre que le chantier est immense.

Sur l'ouverture du score, Norwich a pu remonter tranquillement la balle sur 60 mètres pour trouver Pukki à l'entrée de la surface sans qu'à aucun moment un joueur d'Arsenal ne se trouve à distance d'intervention pour contrarier l'action, jusqu'à la frappe déviée du lutin finlandais qui a fait mouche (1-0, 21e).

Même topo sur le second but de Todd Cantwell, Onel Hernandez a eu tout loisir de s'enfoncer sur la gauche face à une arrière-garde sur le reculoir, pour servir en retrait Cantwell, seul à moins de 15 mètres des buts et qui a pu enrouler du droit (2-1, 45+2).

Doublé d’Aubameyang 

Sans une parade extraordinaire de Bernd Leno qui a dévié sur son poteau une frappe de Kenny McLean (59e), une autre tout aussi précieuse sur un tir de Pukki (63e) ou de la réussite quand une tentative de Cantwell a frôlé le poteau (62e), Arsenal serait rentré bredouille.

Heureusement pour eux, les Gunners ont pu compter sur Pierre-Emerick Aubameyang pour marquer deux buts sur le peu de situations dangereuses qu'ils se sont créées.

Le premier sur un penalty pour une main incompréhensible de l'Allemand Christoph Zimmermann sur un duel aérien (1-1, 29e), l'autre d'une frappe croisée puissante sur un ballon qui traînait dans la surface après un corner (2-2, 57e).

Mais le tableau de la situation dressé par ce match reste préoccupant pour les ambitions européennes des Londoniens qui restent 8e à 7 longueurs du Top 4 et de la Ligue des Champions.

  1. Insatiable Lionel Messi: un nouveau triplé pour le Ballon d’Or
    Play

    Insatiable Lionel Messi: un nouveau triplé pour le Ballon d’Or

    Après des débuts hésitants en championnat, le Barça et le Real ont trouvé leur rythme de croisière. Quelques heures après la victoire du Real, le Barça a répondu en étrillant Majorque avec, une fois de plus, un immense Lionel Messi à la baguette. Auteur d’un triplé, cinq jours après avoir reçu le sixième Ballon d’Or de sa carrière, l’Argentin a tiré le Barça vers le haut. Les Blaugrana et les Merengue partagent donc toujours la tête de la Liga avec le même nombre de points.
  1. Les espoirs de titre s’envolent pour City et De Bruyne

    Les espoirs de titre s’envolent pour City et De Bruyne

    Les derniers espoirs de titre de Manchester City se sont-ils envolés, samedi soir, sur la pelouse de l’Ethiad Stadium? Alors que Liverpool a tranquillement disposé de Bournemouth, plus tôt dans la journée (0-3), Manchester City a encaissé un faux-pas supplémentaire dans le derby mancunien. Pas aidés par le VAR, les Citizens, trop rapidement été menés 0-2, ont réduit l’écart trop tard pour espérer revenir dans le match contre le rival, Manchester United (1-2). Alors qu’il reste encore 22 journées à jouer, Manchester City semble déjà écarté de la course au titre: les Citizens accusent un débours de 14 points sur les Reds et pourraient même se retrouver à six points de la deuxième place de Leicester, si Youri Tielemans et ses partenaires s’imposent à Aston Villa, dimanche après-midi.