Plein écran
© EPA

C’est officiel, Wilmots est le nouveau coach de l’Iran

Marc Wilmots, 50 ans, est officiellement le nouveau sélectionneur de l’équipe d’Iran de football. Après plusieurs jours d’attente, afin de régler les derniers détails, l’ancien coach des Diables Rouges (2012-2016) a signé un contrat de trois ans, mercredi chez l’ambassadeur d’Iran à Bruxelles.

“L’accord a été signé aujourd’hui à la résidence de l’ambassadeur entre M. Wilmots et Mehdi Taj”, président de la fédération iranienne de football, a précisé un conseiller de l’ambassadeur joint au téléphone.

Ce contrat, selon la même source, court “jusqu’à la Coupe du Monde 2022" organisée par le Qatar, compétition dont l’Iran doit disputer les phases de qualification. Wilmots remplace à la tête du “Team Melli” le Portugais Carlos Queiroz qui a quitté son poste le 31 janvier après huit ans, deux qualifications pour les Mondiaux 2014 et 2018, et une ultime demi-finale aux championnats d’Asie (défaite 3-0 face au Japon). Son arrivée avait été annoncée la semaine dernière par des sources officielles en Iran.

Notre compatriote s’était rendu à Téhéran le 15 mai pour visiter les infrastructures iraniennes et signer son contrat. Mais selon des médias iraniens, la signature a dû être retardée à cause de difficultés rencontrées par la fédération pour effectuer des “transactions bancaires” en raison des sanctions américaines imposées à l’Iran.

Le contrat de Wilmots devrait durer jusqu’à l’issue du Mondial 2022, pour un montant annuel de 1 million d’euros, précisait alors l’agence officielle Irna. Après les Diables Rouges, dont il faut d’abord le T2 entre 2009 et 2012, Wilmots a dirigé la sélection de Côte d’Ivoire brièvement entre mars et novembre 2017. 

  1. Les Américaines favorisées? Nouvelle polémique arbitrage sur le Mondial féminin
    Play
    Mondial féminin

    Les Américai­nes favorisées? Nouvelle polémique arbitrage sur le Mondial féminin

    Le VAR ne fait décidément pas l’unanimité depuis le début de la Coupe du monde. Après les pénaltys retirés durant le premier tour, c’est encore une histoire de penaltys qui a animé le choc des huitièmes de finale entre l’Espagne et les Etats-Unis, lundi soir. Loin d’être ultra-dominatrices comme on aurait pu l’imaginer, les Américaines se sont qualifiées pour les quarts de finale grâce à deux penaltys et ça n’amuse pas les Espagnoles.