Plein écran
© Photo News

Clément: "Le PSG? Un cran au-dessus du Real”

 Après le partage sans but à domicile contre Galatasaray et le surprenant 2-2 sur la pelouse du Real Madrid, le Club Bruges reçoit mardi le Paris Saint-Germain pour la troisième journée de la Ligue des Champions, dans le groupe A.

Le 2-2 conquis à Santiago Bernabeu a attiré l'attention de nombreux observateurs et créé des attentes. De plus, le Club est toujours invaincu cette saison. En Ligue des Champions, cela fait même six rencontres de suite que les Blauw-Zwart n'ont plus perdu. Les Brugeois sont actuellement deuxième du groupe avec deux points, derrière le PSG, autoritaire leader après son 6 sur 6 (3-0 contre le Real Madrid et 0-1 au Galatasaray). 

“Un test”

"Les attentes du monde extérieur ne sont jamais plus élevées que nos propres attentes", a confié l'entraîneur brugeois Philippe lundi en conférence de presse."Nous avons un groupe de joueurs qui a faim. Les joueurs montrent cela par leur audace, leur manière de jouer, comme à Madrid. Ils ont cette conviction, et ils la montreront encore. Mais je suis convaincu que le PSG, c'est encore un cran au-dessus. Ils ont battu le Real 3-0 à domicile, cela veut quand même dire quelque chose. Mardi, nous avons beaucoup à gagner et rien à perdre, comme à Madrid. C'est un test pour voir jusqu'où peuvent aller les joueurs." 

“Nous pouvons faire mal à tout le monde”

Cette saison le Club Bruges a démontré qu'il cherchait toujours à développer son jeu, quel que soit l'adversaire. Le leader du championnat belge ne compte pas modifier cette approche face au champion de France. "La philosophie est toujours la même, la différence réside dans les détails", explique Clement. 

"Les joueurs croient aussi de plus en plus en leurs qualités. Nous pouvons faire mal à tout le monde, mais contre le PSG nous devons être réalistes: nous devrons tout donner pour obtenir quelque chose. Un point est un point et une victoire serait un miracle. Tout ce que je veux, c'est que mes joueurs donnent le meilleur d'eux-mêmes, qu'ils osent jouer au football, fassent le pressing et ne cèdent rien à leurs adversaires. Si tu attends le PSG dans tes 16 mètres, ils vont jouer, ils le font chaque semaine en France.”