Plein écran
© getty

Cristiano Ronaldo a calmé le Camp Nou

VideoD'une manière générale, le "Clasico" entre le FC Barcelone et le Real Madrid, n'a pas atteint des sommets. En revanche, il a permis aux Merengues de se rapprocher de la Liga et de se débarrasser de plusieurs complexes.

Plein écran
Le plan tactique de José Mourinho a fonctionné à merveille. © getty
Plein écran
Voilà déjà quatre "Clasicos" sans que Lionel Messi puisse trouver le chemin des filets. © ap

Le "Clasico" tant attendu aux quatre coins du monde n'aura finalement pas été exceptionnel. Il aurait pu permettre au Barça de revenir dans la course au titre en cas de succès (-1). Finalement, il offre sept points d'avance au Real Madrid à quatre journées de la fin en Liga. Autrement dit, plus rien ne pourra empêcher les Merengues de mettre fin à l'hégémonie des Catalans en championnat (2009, 2010, 2011). Des enseignements importants sont pourtant à tirer.

La fin des complexes pour le Real
Depuis 2009, hormis une coupe du Roi remportée, le Real Madrid souffrait d'un complexe d'infériorité par rapport au FC Barcelone, à son palmarès et à sa qualité de jeu validée par tous les observateurs. Idem pour José Mourinho. Traumatisé par la "manita" lors de son premier "Clasico", "The Special One", tantôt vénéré tantôt décrié, n'avait pas su trouver les bonnes solutions pour détrôner l'équipe catalane. Malgré l'élimination des Madrilènes, des signes de montée en puissance avaient déjà été remarquées lors de la double confrontation en coupe du Roi à la fin du mois de janvier. Une référence pour "Mou".

"Mou" plus fort tactiquement
Cette fois, José Mourinho a remporté le combat tactique face à Pep Guardiola. En exerçant un pressing haut et en défendant en bloc, le Real Madrid a parfaitement déjoué les plans de Lionel Messi et de sa bande. En bloquant l'accès par les ailes, le plan d'attaque du coach lusitanien a obligé le Barça à forcer le passage plein axe. Du pain béni pour le duo Pepe-Sergio Ramos, l'un des clés du succès merengue. Au bout du compte, les occasions franches du FC Barcelone peuvent se compter sur les doigts d'une seule main, contrairement à la défaite encaissée en Ligue des Champions à Chelsea (1-0). Pour la première fois depuis des lustres, Pep Guardiola a été surpassé tactiquement.

Cristiano, seul en tête des buteurs
Pour couronner le tout, Cristiano Ronaldo a activement participé au succès du Real Madrid en plantant le but décisif, le 42e de sa saison en Liga. Parfois décrié pour son manque d'efficacité et d'impact lors des grands rendez-vous, "CR7" a mis tout le monde d'accord au Camp Nou. Du calme, du calme, je suis là, pouvait-on lire sur ses lèvres à l'heure de célébrer son but sous les sifflets du Camp Nou. Pour la première fois, la vedette lusitanienne des "Merengues" a davantage pesé sur la rencontre que Lionel Messi.