Plein écran
© REUTERS

Dries Mertens parmi les leaders de la mutinerie à Naples

La situation est tendue à Naples entre les joueurs et les dirigeants du club, après la décision de l’équipe de refuser la mise au vert imposée par le président Aurelio De Laurentiis. Parmi les leaders de la mutinerie, Allan, José Callejon, Lorenzo Insigne et... Dries Mertens. Le contrat de l’entraîneur Carlo Ancelotti pourrait être rompu.

Rien ne va plus à Naples. Après une défaite face à Rome qui avait plongé le club italien dans la crise, une mise au vert avait été décrétée par Aurelio De Laurentiis samedi dernier. Elle devait durer huit jours jusqu’à dimanche et a été respectée jusqu’à mardi soir, après le match nul enregistré en Ligue des Champions face à Salzbourg (1-1).

“Ton argent, tu te le mets là où tu penses”

Alors qu’ils auraient dû rentrer au centre d’entraînement de Castel Volturno, les joueurs avaient fait savoir aux dirigeants du club qu’ils ne le souhaitaient pas et étaient tous rentrés chez eux. Lorenzo Insigne aurait prononcé cette phrase à Edo De Laurentiis, fils du patron, au nom de l’équipe: “Dis à ton père que nous ne retournerons pas à la mise au vert”. Selon La Gazzetta dello Sport, Dries Mertens et José Callejon auraient poussé le reste de l’effectif à suivre le mouvement.

De son côté, Allan aurait perdu les pédales face au vice-président napolitain: “Ton argent, tu te le mets là où tu penses”, aurait-il déclaré dans une scène rapportée par La Gazzetta dello Sport ce jeudi. Le Brésilien aurait même voulu en venir aux mains avant d’être calmé par Carlo Ancelotti. L’entraîneur italien a dormi à Castel Volturno.

L’entraînement s’était tenu normalement mercredi matin. Mais dans la foulée, le club avait publié un communiqué expliquant qu’il comptait “protéger ses intérêts au plan économique, patrimonial, d’image et disciplinaire” et décrétant “un silence radio” jusqu’à nouvel ordre. Il était également précisé que la poursuite ou non de la mise au vert était désormais de la responsabilité d’Ancelotti.

Amende salée contre les joueurs et rupture avec Ancelotti?

De Laurentiis travaille avec son avocat pour préparer des sanctions économiques. Il serait bien décidé à porter plainte contre ses joueurs pour les dégâts liés à l’image du club. D’après les informations du Corriere Dello Sport, le patron napolitain pourrait retenir 5% du salaire des joueurs comme sanction suite à la mutinerie de ces derniers. Cela représenterait 25.000 euros pour les gros salaires et un peu moins pour le reste de l’effectif.

De Laurentiis serait inquiet pour l’avenir de son club, une non-qualification de Naples pour la Ligue des Champions serait synonyme d’une perte de plus de 60 millions d’euros. Le président reprocherait à Ancelotti sa gestion du vestiaire, sans oublier les résultats sportifs actuels. L’équipe n’est plus que septième de Serie A avec 18 points en 11 matchs. Elle compte 11 points de retard sur le leader, la Juventus.

Pour ne rien arranger à son cas, Ancelotti avait exprimé dès lundi son désaccord quant à cette mise au vert. De Laurentiis n’a évidemment pas apprécié. À la suite d’une discussion mercredi, les positions des deux hommes continuaient de diverger. De Laurentiis envisagerait de mettre fin au contrat d’Ancelotti.

  1. La Suède se qualifie pour l’Euro, le maximum de points pour l’Italie

    La Suède se qualifie pour l’Euro, le maximum de points pour l’Italie

    Après la Finlande qui a décroché la première qualification de son histoire plus tôt dans la journée, la Suède a aussi obtenu son ticket pour l'Euro 2020 de football vendredi à l'occasion de l'avant-dernière journée des qualifications. En s'imposant 0-2 en Roumanie, les Scandinaves terminent deuxièmes du groupe F derrière l'Espagne, facile vainqueur de Malte (7-0). Dans le groupe J, l'Italie a aligné une neuvième victoire en Bosnie-Herzégovine (0-3). Le Danemark a pris la première place du groupe D en dominant Gibraltar (4-0).