Plein écran
Rodrygo © AFP
6
FIN
0
  • Rodrygo 4' 7' 90'+2'
  • Sergio Ramos 14'
  • Karim Benzema 45' 81'

Jeu, set et match pour le Real contre Galatasaray

Un triplé en Ligue des champions à seulement 18 ans! Crevant l’écran, le jeune Brésilien Rodrygo a guidé le Real Madrid vers une victoire 6-0 contre Galatasaray mercredi en Ligue des champions, rapprochant l’équipe de Zinédine Zidane d’une qualification pour les huitièmes de finale. Titulaires avec les Madrilènes, Thibaut Courtois a disputé toute la rencontre alors qu’Eden Hazard a été remplacé par Isco (68e) sans être décisif.

Merci Rodrygo Goes! L’attaquant, arrivé au Real cet été et titulaire sur l’aile droite depuis quatre matches en remplacement de Gareth Bale (en phase de reprise), a signé une partition impeccable, avec trois buts (4e, 6e, 90e+2) et une passe décisive (45e), devenant le deuxième plus jeune joueur à réussir un coup du chapeau dans l’histoire moderne de la C1 depuis l’Espagnol Raul Gonzalez, ancienne gloire du Real, en 1995.

La pépite formée à Santos a commencé son récital en inscrivant le doublé le plus rapide de l’histoire de la Ligue des champions en 6 minutes et 14 secondes, avant d’y ajouter une passe décisive à Karim Benzema, lui aussi auteur d’un doublé, pour le quatrième but du Real.

Entre temps, le capitaine madrilène Sergio Ramos avait eu le temps de participer à la fête, en transformant d’une panenka le penalty accordé par l’arbitre (après consultation du VAR) pour une semelle de l’international français Steven Nzonzi sur Toni Kroos (3-0, 13e).

Plein écran
Rodrygo © REUTERS

Le Bernabeu scande “Rodrygo !”

Ce large succès permet au Real (2e, 7 pts) de faire le trou pour la qualification face à Bruges (3e, 2 pts), battu 1-0 par le Paris SG (1er, 12 pts). Galatasaray (4e, 1 pt), bon dernier, n’a plus aucune chance de voir les huitièmes. Décidément, le club turc sourit à Rodrygo. C’est lors du match aller (remporté 1-0 par le Real sur un but de Toni Kroos) que le prodige brésilien avait gagné la confiance de Zidane et sa place de titulaire sur l’aile droite.

Depuis, le stade Santiago-Bernabeu a eu le temps d’apprendre son nom. Et après son match de mercredi soir, il ne l’oubliera plus. Un premier but après un crochet intérieur, un deuxième, sur une tête décroisée consécutive à un centre venue du couloir gauche de Marcelo, puis un troisième, juste avant le coup de sifflet final, et voilà que le Bernabeu se met à scander: “Rodrygo !”.

Galatasaray a bien tenté de se réveiller, avec cette frappe de Mario Lemina (15e) détournée par Thibaut Courtois. Mais les tentatives des Turcs, toujours sans victoire cette saison en Ligue des champions et qui ne totalisent que deux succès lors de leurs 27 derniers matches européens, n’ont pas inquiété le Real.

Le show Rodrygo a d’ailleurs permis à Karim Benzema de doublement briller. L’attaquant français, esseulé devant le but, a marqué le quatrième but du Real sur un service parfait du jeune Brésilien, puis le cinquième (82e), sur une passe de Carvajal.

Benzema dans la légende

Mais ces réalisations lui ont surtout permis de dépasser l’Argentin Alfredo Di Stéfano, légende du club, au nombre de buts marqués pour le Real en Ligue des champions (50, contre 49 pour Di Stéfano).

Grâce à ce très solide match à domicile, qui efface leur contre-performance contre le Betis Séville quatre jours plus tôt (0-0), les Madrilènes ont prouvé qu’ils ont retrouvé leurs automatismes dans la finition, une semaine après une “manita” (cinq buts) face à Leganes, le 30 octobre (5-0) en championnat.

Surtout, ils stoppent une vilaine série de trois matches consécutifs sans victoire à domicile en Ligue des champions. Le Real n’avait en effet plus gagné un match européen à Santiago-Bernabeu depuis plus d’un an (2-1 contre Plzen le 23 octobre 2018).

Le temps où l’entraîneur français de la “Maison blanche” Zinédine Zidane jouait sa tête en Turquie, il y a deux semaines, semble s’éloigner. Les Madrilènes devront toutefois garder ce sérieux pour valider leur ticket pour les 8es de finale contre le Paris SG le 26 novembre et à Bruges le 11 décembre.

  1. Le Barça recrute le Danois Braithwaite comme joker médical
    Play

    Le Barça recrute le Danois Braithwai­te comme joker médical

    Ce sera Braithwaite: le FC Barcelone a recruté l'avant-centre international danois de Leganés Martin Braithwaite (28 ans) comme joker médical d'Ousmane Dembélé (blessé à la cuisse droite), jusqu'en 2024, a annoncé le club catalan jeudi dans un communiqué. “Le joueur signera un contrat avec le club pour ce qu’il reste de la saison et quatre années en plus, jusqu’au 30 juin 2024, avec une clause libératoire de 300 millions d’euros”, a indiqué le club blaugrana dans son communiqué, jeudi.
  2. Des regrets, mais aussi de l’espoir pour le Club de Bruges

    Des regrets, mais aussi de l’espoir pour le Club de Bruges

    Nouvelle prestation honorable du Club de Bruges en Coupe d’Europe. Après le Real Madrid et le PSG, c’est Manchester United qui a fait connaissance avec les Blauw en Zwart ce jeudi. Très bien rentré dans sa rencontre, le leader du championnat de Belgique clôture pourtant ce seizième de finale aller avec une pointe d’amertume, car le Club a mené et eu les clés de la rencontre en mains, avant l’égalisation anglaise. Mais la qualification reste abordable pour Bruges. Il faudra réaliser l’exploit à Old Trafford dans une semaine et, sur ce qu’ils ont montré dans cette manche aller, les Brugeois en sont tout à fait capables...
  3. Dendoncker prend une large option avec les Wolves, court succès pour Casteels et Wolfsburg

    Dendoncker prend une large option avec les Wolves, court succès pour Casteels et Wolfsburg

    Wolverhampton, avec Leander Dendoncker à partir de la 61e minute, a pris une large option sur la qualification en l'emportant facilement à domicile face à l'Espanyol de Barcelone (4-0) en manche aller des seizièmes de finale de l'Europa League de football. Le Portugais Diogo Jota a inscrit un triplé (15e, 67e, 81e) tandis que son compatriote Ruben Neves (52e) a également apporté sa pierre à l'édifice.