Plein écran
Neymar et Andy Delort après la rencontre © Twitter

L’attitude “hautaine” de Neymar agace encore en France: “Toujours en train de pleurer”

Comme c’est souvent le cas depuis que le Brésilien évolue au Paris Saint-Germain, l’attitude de Neymar a agacé ses adversaires, samedi à Montpellier.

Le PSG a été bousculé, mais s’en est remis au talent de ses joueurs offensifs. Les hommes de Tucjel ont renversé Montpellier (3-1) avec trois buts en sept minutes, samedi lors de la 17e journée de Ligue 1. Après une première période catastrophique, Neymar, Mbappé et Icardi ont sauvé leur équipe d’une contre-performance.

“Fuck you”

Auteur d’un splendide coup franc, le Brésilien a, une nouvelle fois, agacé en restant régulièrement au sol après des contacts. À l’issue de la rencontre, Andy Delort lui a ainsi reproché son comportement, qu’il juge irrespectueux, en regagnant les vestiaires. La discussion animée s’est achevée par un “Fuck you” (“Va te faire voir”) de Neymar à l’adresse du Montpelliérain.

“C’est un grand joueur, c’est dommage qu’à la fin, il charrie tout le monde, c’est ce que je lui ai dit: ‘À la fin, tu gagnes 3-1...’ Il faisait 63 une-deux, il n’a pas besoin de ça. C’est dommage. Il m’a répondu, il m’a dit qu’il faisait des passes. Ce n’est pas ça le respect, mais on ne doit pas avoir la même éducation. Je l’ai trouvé un peu nerveux, un peu hautain avec tout le monde”, a ensuite expliqué Andy Delort en zone mixte.

“Il a mal parlé, comme d’habitude”

“Je lui ai dit qu’il fallait respecter les gens. Quand tout le monde t’idolâtre, tu dois dégager du respect, de la bonne éducation... Son attitude n’est plus à démontrer depuis qu’il est en France, c’est du folklore, il en rajoute beaucoup. Il a chambré, il a mal parlé comme d’habitude”, a poursuivi l’attaquant.

Andy Delort n’est pas le seul Montpelliérain à ne pas avoir apprécié l’attitude de la star brésilienne. L’entraîneur Michel Der Zakarian en a rajouté une couche, ce dimanche matin dans Téléfoot. “On a été joueur. Quand il y a quelqu’un qui chambre, qui allume… En plus, il a un jeu qui provoque toujours l’adversaire à travers ses dribbles. Quand il prend un petit tampon, il est toujours en train de pleurer”, a-t-il regretté.

Plein écran
© Photo News